GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Septembre
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: un policier mis en examen après avoir tué par balle un fugitif

    media Patrouille de police à Paris (image d'illustration). Reuters/Charles Platiau

    Le policier qui a tué par balle un automobiliste en fuite en plein Paris, mardi 14 août, est mis en examen. Les faits ont débuté dans le quartier central des Halles où un jeune homme au volant d'une voiture avait refusé de s'arrêter à un contrôle de police et pris la fuite. L'agent en question avait alors réquisitionné un scooter et les deux véhicules avaient alors entamé une course poursuite dans les rues de la capitale qui s'est donc achevée avec la mort du fuyard. Une nouvelle fois, c'est la question de la légitime défense des policiers qui se pose.

    On aurait pu parler de la mauvaise reprise d'un film d'action si son issue n'avait pas été si dramatique. Mardi 14 août à Paris, un policier saute à l'arrière d'un scooter et demande à son conducteur de prendre en chasse un automobiliste en fuite dans les rues de la capitale. Deux kilomètres plus loin, le fuyard est rattrapé, l'agent de police descend du deux-roues pour l'appréhender en s'approchant de la vitre avant.

    Mais voilà, le conducteur de la voiture enclenche alors la marche arrière, percute le scooter. Le policier tire et tue d'une balle dans le thorax le jeune homme au volant. Une enquête a aussitôt été ouverte et le fonctionnaire a été mis en examen à l'issue de sa garde à vue. Une inculpation pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par une personne dépositaire de l'autorité publique ».

    Il s'agit d'un crime, ce qui relève donc de la cour d'assises. c'est là tout l'enjeu du débat qui renaît une nouvelle fois avec cette affaire. Le policier était-il en position de légitime défense ? La loi stipule en effet qu'il avait le droit d'user de son arme, mais uniquement en cas d'absolue nécessité ; et ce, notamment s'il ne pouvait pas immobiliser le véhicule autrement et si ce dernier représentait un danger pour le public. Autant d'éléments que devra donc déterminer l'enquête.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.