GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Rixe à l'aéroport d'Orly: les rappeurs Booba et Kaaris ont été remis en liberté

    media Les rappeurs Booba (g) et Kaaris. Dominique FAGET / AFP

    Les rappeurs Booba et Kaaris ont été remis en liberté ce jeudi 23 août. La cour d'appel de Paris a ordonné la fin de leur détention provisoire, décidée suite à l'affaire de la bagarre à Orly, début août, où les deux artistes et certains de leurs proches s'étaient affrontés dans l'aéroport. Ils ont toutefois été placés sous contrôle judiciaire avant leur procès.

    « La détention provisoire n'est pas nécessaire » : c'est l'argument de la cour d'appel qui a relâché les deux rappeurs comme les membres de leurs clans respectifs. Huit autres prévenus étaient eux aussi en détention provisoire.

    La défense est donc satisfaite. « La détention doit être exceptionnelle. Ça doit être l’exception lorsqu’on ne peut pas faire autre chose, déclare Yassine Yakouti, l'avocat de Kaaris. Aujourd’hui, la cour d’appel de Paris a dit que dans ce dossier-là, pour l’ensemble des protagonistes, une autre solution était possible : elle s’appelle le contrôle judiciaire et c’est ce qui a été ordonné. »

    Concrètement, Booba et Kaaris ont dû verser une caution de 30 000 euros. Tous ont interdiction de quitter le territoire, leurs passeports ayant été confisqués. Les avocats des deux parties ont été unis pendant l'audience, soit une trêve de courte durée. Le débat va reprendre à propos de la responsabilité des rappeurs dans la bagarre.

    « Acte 1 : Nous ne sommes pas à l’origine de cette altercation, défend Yassine Yakouti. Acte 2 : mon client a été constant dans ses déclarations, tout ce qu’il a dit aux enquêteurs et au tribunal a été corroboré par l’enquête et par les vidéos. Aujourd’hui, nous attendons sereinement cette audience et ce qui m’importe, c’est de pouvoir préparer dans de bonnes conditions la défense de Kaaris, c’est-à-dire ailleurs que dans un parloir d’une maison d’arrêt ».

    Le fond de l'affaire sera jugé au tribunal de Créteil à partir du 6 septembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.