GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, arrêté à Tokyo sur des soupçons de malversations (NHK)
    • Meurtre de Khashoggi: Berlin veut des sanctions contre 18 citoyens saoudiens (ministre des Affaires étrangères)
    • UE: feu vert des ministres des Vingt-Sept au projet d'accord sur le Brexit (ministre autrichien)
    • La firme Nissan confirme que Carlos Ghosn a dissimulé des revenus au fisc et va proposer son départ
    • Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français: «Il faut se désintoxiquer du tout pétrole» (BFMTV)
    • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
    • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
    • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
    • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi
    France

    Défense: l'armée de l’air malaisienne friande des savoir-faire français

    media Pour immortaliser la rencontre, Malaisiens et Français posent devant les aéronefs de ces derniers: trois Rafale et un A400M. © RFI/Romain Mielcarek

    Depuis le 19 août, un détachement de l’armée de l’air française a entamé une tournée en Asie du Sud-Est, baptisée « Pegase », pour aller à la rencontre de ses alliés de la région, dont la Malaisie. Un terrain peu familier pour des aviateurs à la recherche de nouveaux partenariats face à des menaces émergentes.

    De notre envoyé spécial à Kuala Lumpur,

    Quand deux officiers d’armées de l’air différentes se croisent, ils parlent d’abord de golf - « sport d’aviateurs » -, puis de la coupe du monde de football – victoire des tricolores oblige - et enfin de leurs avions. En la matière, les Français ont sorti le grand jeu les 24 et 25 août derniers : trois chasseurs Rafale et deux A400M de transport sont déployés sur le tarmac de la base aérienne de Subang, près de la capitale, pour séduire les Malaisiens.

    « Notre objectif à nous, c’est de conforter la coopération sur l’A400M », résume le général de corps aérien (2S) Patrick Charaix, chef de la mission Pegase, à propos de cette escale. Les Malaisiens ont en effet acheté quatre exemplaires de cet avion européen développé par Airbus. Particulièrement sophistiqué, celui-ci demande des méthodes de travail modernes. C’est là que la France vient aider Kuala Lumpur : un officier supérieur, spécialiste de la mécanique et de la gestion aéronautique, est présent en permanence pour conseiller l’état-major sur ses procédures et son organisation, depuis 2015.

    La France, premier fournisseur d’armement

    Située en plein cœur d’une région particulièrement courtisée du fait de la forte croissance économique de plusieurs pays, la Malaisie a besoin de renouveler une grande partie de ses équipements de défense. Ce qui tombe bien pour les Français, dont les industriels sont bien implantés sur l’archipel : ils sont le premier fournisseur d’armes de Kuala Lumpur. Par le passé, d’importants contrats ont été signés, notamment pour des sous-marins, des navires, des missiles exocet et les fameux A400M.

    « La grande question, décrypte Dzirhan Mahadzir, un journaliste malaisien spécialiste des questions militaires, c’est de savoir si la Malaisie a les moyens et ce que le nouveau gouvernement compte faire, celui-ci n’ayant donné aucune indication sur le sujet. Les capacités opérationnelles sont un sujet permanent, la disponibilité des matériels étant un problème récurrent d'année en année. »

    Un espoir pour le Rafale ?

    Alors pourquoi pas des Rafale ? Deux commandants d’unités malaisiens, eux-mêmes pilotes de chasse, ont été invités à tester l’avion. Un officier de leur équipe résume ainsi le dilemme de son armée, en termes d’approvisionnements : « Notre principal problème, c’est que nous avons à la fois des avions occidentaux et russes. Nous, les opérationnels, nous savons quels avions sont bons. Mais ce sont les politiques qui décident. Et eux, ils choisissent souvent ce qu’ils voient le plus. Les Typhoon par exemple, viennent tous les deux ans. »

    Si les opérationnels préféraient avoir un seul avion pour remplir toutes les missions et pour simplifier la logistique, les politiques gardent également un problème crucial à l’esprit : multiplier les fournisseurs, c’est éviter d’être dépendant vis-à-vis d’une seule grande puissance. Dans ce domaine, la France fait souvent valoir la grande liberté dont bénéficient ses clients, Paris évitant de se montrer trop intrusif dans leurs affaires domestiques.

    Le Typhoon, concurrent européen du Rafale, pourrait-il convaincre le gouvernement ? Les Russes pourraient-ils placer leur Su-35, qui a déjà convaincu en Indonésie ? Les différents observateurs restent très partagés, les uns estimant que l’avion français a toutes ses chances sur ce marché, les autres qu’il est trop tôt et que les finances de la Malaisie ne lui permettront pas un tel investissement avant de nombreuses années. Paradoxalement, c’est un cadre de chez Dassault, le fabricant de l’appareil, qui se montre le plus pessimiste : « Ça a été un vrai prospect à un moment, confie-t-il. Mais ce n’est plus le cas. Ils n’ont pas les moyens. »

    Inquiétudes malaisiennes

    La Malaisie fait face à plusieurs menaces sécuritaires. Le terrorisme l’a touchée à plusieurs reprises, à travers des opérations menées par Abou Sayyaf, groupe jihadiste très actif chez le voisin philippin, ainsi que par la Katiba Nusandara, se revendiquant de l’Etat islamique et regroupant des combattants de toute la sous-région.

    L’armée malaisienne cherche également à gagner la confiance de ses grands partenaires internationaux. Elle a, à ce titre, participé à plusieurs grandes opérations internationales comme celle de l’Otan en Afghanistan avec une cinquantaine d’hommes ou encore la Finul au Liban où elle compte près de 800 casques bleus.

    La Chine et ses revendications territoriales, enfin, reste un sujet de préoccupation majeure. Pékin continue d’imposer sa présence en mer de Chine méridionale, tandis que Kuala Lumpur peine à faire entendre ses revendications sur les ilots qui lui appartiennent.

    La France, directement concernée

    Ces tensions avec la Chine sont aussi au cœur des inquiétudes françaises dans la région. Paris a multiplié les manœuvres militaires, principalement maritimes, afin de faire comprendre à Pékin qu’il n’était pas question de renoncer à la libre circulation dans les espaces internationaux. La Malaisie devient dès lors un allié stratégique dans la région : l’armée de l’air aimerait bénéficier d’ici un an des installations d’Airbus pour assurer le soutien de l’A400M. Cet avion, de plus en plus utilisé par les forces françaises, pourrait dès lors atterrir à Kuala Lumpur pour être remis en état entre deux missions en Asie-Pacifique, démultipliant les capacités de manœuvres de l’armée de l’air.

    Si la France réoriente une partie de sa stratégie vers cette région, c’est évidemment parce que les perspectives en termes de croissance économique y génèrent de nombreuses opportunités. Mais c’est aussi parce que Paris a le sentiment d’être un acteur de premier plan dans cette partie du monde, avec plus de 7 000 soldats qui y sont présents en permanence dans plusieurs territoires et bases militaires allant de la Polynésie aux Emirats arabes unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.