GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    UE: pour Emmanuel Macron, «le combat européen ne fait que commencer»

    media Le président Macron lors du traditionnel discours aux ambassadeurs, ce lundi 27 août 2018, à l'Elysée. REUTERS/Philippe Wojazer

    Après les vacances, Emmanuel Macron reprend son bâton de pèlerin européen : il se rend au Danemark mardi et mercredi, puis en Finlande. A l'occasion de la conférence annuelle aux ambassadeurs ce lundi à l'Elysée, le chef de l'Etat français a de nouveau fait de l'Europe l'une de ses priorités, mais ses plans sont contrariés par la montée des populismes et l'affaiblissement de l'Allemagne. Dans ce contexte, il lui faut trouver de nouveaux alliés pour réformer l'UE et pour gagner les prochaines élections européennes qui auront lieu dans 9 mois.

    Voilà 36 ans que le Danemark n'avait pas reçu un président français en visite officielle. Emmanuel Macron n'a plus le choix : s'il veut faire avancer ses projets européens, il lui faut choyer des pays souvent négligés.

    « Nous avons parfois oublié certains pays de l’Europe sous prétexte que nous les voyions à chaque Conseil européen. L’Europe ne se fait ni à Bruxelles ni à Paris ni à Berlin. Elle se construit dans la diffusion inlassable de nos idées, de nos projets », a affirmé ce lundi matin le président français lors du traditionnel discours aux ambassadeurs.

    La France, rempart face aux « nationalistes »

    Un an après le discours de la Sorbonne, l'heure n'est plus aux grandes envolées et à l'optimisme débordant. « Nous sommes au milieu d'une crise européenne », reconnait Emmanuel Macron. Le président érige la France en rempart face aux « nationalistes » et à ceux qui veulent « désagréger » l'Europe avec dans son viseur et la Hongrie et l’Italie.

    « L’Italie est contre l’Europe qui n’est pas solidaire sur le plan migratoire, mais elle est pour l’Europe des fonds structurels lorsque j’écoute certains ministres. La Hongrie de Viktor Orban elle n’a jamais été contre l’Europe des fonds structurels et de la politique agricole commune, mais elle est contre l’Europe quand il s’agit de tenir de grands discours sur la chrétienté », a-t-il déclaré.

    Renforcer la solidarité européenne

    Comme à Quimper en juin dernier, Emmanuel Macron réduit l’élection à venir à une opposition binaire entre pro-Européens et populistes. A neuf mois d'un scrutin crucial, le chef de l'Etat se lance dans le « combat européen ». Et il prévient : « il sera long et difficile, et il ne fait que commencer. »

    Pour accroître l'intégration et renforcer la zone euro, le président a sa solution sur la table : l'accord trouvé avant l'été avec Angela Merkel. Avec la chancelière allemande, qu’il revoit tout début septembre, le chef de l’Etat va revenir à la charge sur un tabou outre-Rhin : les transferts financiers en zone euro et évoquer aussi un sujet plus consensuel entre Paris et Berlin : une défense européenne autonome.

    Réformer les institutions

    C’est une institution du multilatéralisme mondial cette fois que le président veut aussi réformer : l’OMC. Comme François Hollande l’avait fait pour le conflit en Ukraine avec les célébrations du débarquement en Normandie, Emmanuel Macron veut profiter de la venue à Paris le 11 novembre pour le centenaire de l’armistice de nombreux dirigeants américains, européens, chinois et japonais pour une rencontre, une réflexion commune sur les règles de l’organisation mondiale du commerce.

    Le président veut également mettre à profit une autre date dans le calendrier pour faire avancer ses idées sur un nouveau G7. La France en prend la présidence le 1er janvier prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.