GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: quelques dossiers chauds pour le prochain ministre de l'Environnement

    media Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition écologique et solidaire, en décembre 2017 à Matignon. REUTERS/Charles Platiau/File Photo

    Après la démission du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, un nouveau membre du gouvernement devrait être nommé en France. Pour l'heure, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, assure que la direction prise par l'Etat en matière d'environnement ne sera pas infléchie. Le prochain ministre de l'Ecologie devra donc assumer les décisions déjà entérinées, mais aussi se confronter à quelques dossiers épineux.

    Au titre des arbitrages un peu compliqués à gérer pour le (ou la) futur(e) ministre de l'Ecologie, il y a le transfert des aides au maintien de l'agriculture biologique vers la conversion, ou encore l’autorisation accordée au pétrolier Total de fabriquer du biodiesel avec de l’huile de palme importée notamment d’Asie du Sud-Est, dans sa raffinerie de La Mède.

    à (ré)écouter: La polémique autour de l’huile de palme est-elle justifiée ?

    Concernant les dossiers qui vont poser problème, Emmanuel Macron donnera son avis en septembre sur le projet pharaonique de la Montagne d’or, en Guyane. Un projet qui vise à détruire 1 500 ha de forêts en bordure de réserve biologique afin d’exploiter une mine d’or gigantesque. Un sondage récent montre que près de 70% de la population guyanaise est opposée au projet.

    Et puis, il y a le dossier nucléaire. D'une part, les travaux du Centre industriel de stockage géologique souterrain (Cigéo) à Bure, dans la Meuse, pourraient débuter fin 2019, alors que le projet rencontre une forte opposition des habitants. D'autre part, dans le dossier de l’EPR de Flamanville, le démarrage est sans cesse repoussé. Enfin, il y a bien sûr la fermeture de la plus vieille centrale française à Fessenheim, pourtant promise pour 2018 et qui n'est toujours pas actée.

    à (re)lire: Sécurité nucléaire: les principales mesures du rapport de Barbara Pompili

    à (re)lire: Démission de Nicolas Hulot, le bilan d'un malaise

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.