GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football / Ligue des nations : la France s’incline face aux Pays-Bas (2-0)
    Dernières infos
    France

    Procès Méric: l'un des agresseurs présumés en difficulté devant les juges

    media Esteban Morillo, le principal accusé, lors de son arrivée au tribunal de Paris, le mardi 4 septembre 2018. Eric FEFERBERG / AFP

    Ce mardi matin, l’un des auteurs présumés des coups mortels contre le jeune militant antifasciste Clément Méric en 2013, Esteban Morillo, a été en grande difficulté devant la cour d’assises. Puis ce fut le tour de Serge Ayoub de se présenter à la barre.

    Au palais de Justice de Paris, Franck Alexandre

    Esteban Morillo a d’abord tenté de passer pour une victime : « Ils nous ont insultés. On ne voulait pas se battre, Méric était agressif », assure-t-il. Pourtant les témoignages démontrent que les trois accusés sont allés à la rencontre des « Antifas ».

    Maladroitement Morillo confesse qu’il a porté le premier coup au visage de Clément Méric, car il se sentait menacé. Puis un second, Méric s’effondre : « Je ne pensais pas qu’il était mort, j’aurais préféré que ce soit moi », dit-il des larmes dans la voix.

    La cour s’interroge : pourquoi être allé dans leur direction ? « On ne connaissait pas le quartier. » Les parties civiles insistent : « Et ces témoins qui voient un poing américain à votre main ? » Réponse d’Esteban Morillo : « Ils se trompent ».

    « Cela fait beaucoup d’erreurs », lâchent les parties civiles. « Vous n’assumez pas », ajoute l’avocat général.

    Ayoub à la barre

    Puis il y a ces 34 appels avant et après la rixe avec Serge Ayoub, figure tutélaire de cette jeunesse d’extrême droite, qui proclame que la force fait loi. « Il m’a juste conseillé », dit Morillo dont la mémoire fait défaut.

    Toujours est-il que la nuit des faits, un renseignement anonyme a donné à la police le nom des trois skinheads. « Qui a bavé ? », s’interroge la présidente des assises.

    Ayoub dit « Bat skin » est venu déposer ce mardi après-midi. La figure tutélaire de la jeunesse d’extrême droite est arrivée à la barre avec son physique de boxeur et sa voix de canard légèrement nasillarde : « Si je suis là, c’est pour deux raisons, pour parler des faits et du contexte. »

    Sur les faits, il avait dit aux accusés : « quand on est encerclés, chaque seconde compte. Il faut dégager. » Ayoub précise : « Je n’ai pas insisté plus que ça, j’ai eu 20 ans moi aussi. Je me suis battu et j’ai assumé. »

    Le leader préfère surtout parler du contexte et faire de la cour d’assises une tribune. Troisième voie, son mouvement dont il craignait tant la dissolution à la suite de cette affaire, « c’est la force du peuple, un mouvement nationaliste ni pétainiste, ni nazi. »

    Quant aux accusés, ses « gosses » comme il les nomme, ils se construisent à ses yeux contre la société. La croix gammée signifie pour eux « va te faire foutre ». « D’ailleurs, ils ne connaissent rien à l’histoire, ils s’en moquent (...) Il faut bien que jeunesse se passe », conclut philosophe, le pseudo intellectuel de l’extrême droite. Et Serge Ayoub, alias « Bat skin », s’en va comme il était venu, sous les huées d’un public hostile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.