GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Affaire Benalla: l'audition de François-Xavier Lauch ne dissipe pas le flou

    media Francois-Xavier Lauch devant la commission d'enquête du Sénat, le 12 septembre 2018. Bertrand GUAY / AFP

    Le feuilleton Benalla a repris. Ce mercredi matin, le chef de cabinet d'Emmanuel Macron, François-Xavier Lauch, répondait aux questions de la commission d’enquête du Sénat. Pas de révélation, mais des précisions qui ont laissé les sénateurs sur leur faim.

    Les sénateurs s’agacent d’abord que François-Xavier Lauch se dise autorisé par le président à leur répondre. Cette autorisation n’a aucune valeur : « Toute personne convoquée doit se rendre devant une commission parlementaire », réplique Jean-Pierre Sueur, co-rapporteur de la commission d’enquête, en visant en creux évidemment Alexandre Benalla lui-même, qui après avoir refusé de se rendre à la convocation de la commission d’enquête du Sénat, a finalement fait marche arrière dans la soirée d'hier - il sera bien auditionné le 19 septembre.

    C’est ensuite le président de la Commission, Philippe Bas qui, tout en gardant son sourire malicieux, relève les contradictions dans les déclarations des uns et des autres sur les fonctions exactes d’Alexandre Benalla.

    « Choqué »

    François-Xavier Lauch affirme bien qu’il n’avait pas de mission de police. « Pourquoi alors l’Elysée a-t-il demandé qu’il bénéficie d’un port d’armes ? », s’interroge Philippe Bas, sans obtenir de réponse claire. Pour la majorité des sénateurs, Alexandre Benalla avait un rôle beaucoup plus important que ce que l’on dit.

    François-Xavier Lauch assure en tout cas avoir été « choqué » par le comportement d’Alexandre Benalla et de l’avoir sermonné fermement, tout en admettant que son ex-employé avait des qualités et des défauts de quelqu’un de 27 ans.

    « Toutes les personnes de 27 ans ne tabassent pas des gens », répond du tac au tac un sénateur de la commission. Commission qui attend de pied ferme Alexandre Benalla.

    « LREM n'est pas au pouvoir ici »

    « Ils se foutent de note gueule en réalité. » Pierre Charon ne décolère pas contre le personnel du président dont les réponses lors des auditions ne le satisfont pas. Et comme beaucoup de ses collègues, le sénateur de droite trouve dans cette commission une occasion en or de réaffirmer l'importance du rôle d'un Sénat critiqué parfois pour son archaïsme et son inutilité. « La République en marche n'est pas au pouvoir ici, donc on n'a pas d'oukase ni d'instruction élyséenne nous empêchant de convoquer les uns et les autres. C'est la raison pour laquelle cette commission a beaucoup de succès, et que le Sénat a beaucoup d'utilité au moment où le président de la République souhaiterait réduire les pouvoirs du Parlement. »

    Benjamin Griveaux, le porte-gouvernement, dénonce l'instrumentalisation politique autour de cette affaire. C'est faux, répond le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur : « S'il y a une commission d'enquête qui a explosé en vol, c'est celle de l'Assemblée nationale, parce qu'en son sein il y avait un conflit politique. Nous nous sommes ici autour de la table. Il y a des représentants de tous les groupes politiques, il n'en manque pas un, et nous ramons dans le même sens qui est celui de l'intérêt de la République. »

    Alors qu'à l'Elysée, on voudrait tourner au plus vite la page de l'affaire Benalla qui empoisonne un peu plus la rentrée d'Emmanuel Macron, la commission est bien décidée elle à prendre son temps... « Nous avons six mois pour travailler, nous irons jusqu'au bout », préviennent avec malice les sénateurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.