GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Audition d'Alexandre Benalla: le gouvernement ne se sent pas concerné

    media Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 au Sénat, à Paris. REUTERS/Charles Platiau

    Alexandre Benalla a été auditionné ce mercredi 19 septembre 2018 par la commission des Lois du Sénat, constituée en commission d'enquête. Le jeune homme de 27 ans est accusé d'avoir brutalisé des manifestants, le 1er mai dernier à Paris lors de la fête du Travail. Au même moment,  le Conseil des ministres était réuni à l'Elysée. Très peu de réactions du côté du gouvernement.

    Avec notre envoyée spéciale à l'Elysée,  Valérie Gas

    A entendre le porte-parole du gouvernement français à l'issue du Conseil des ministres, il n'a pas été du tout question de l'audition d'Alexandre Benalla ce mercredi matin autour du président de la République à l'Elysée.

    Benjamin Griveaux a botté en touche sur ce sujet, en déclarant qu'il n'avait pas vu l'audition de l'ex-chargé de mission, pour cause de Conseil des ministres, et donc qu'il ne pouvait pas en parler avant de l'avoir regardée en « replay ».

    Griveaux pointe le manque de déontologie du président Bas

    Le porte-parole a en revanche souhaité justifier - il était interrogé sur ce point - les différentes interventions des membres du gouvernement Philippe dans les jours qui ont précédé l'audition de M. Benalla devant la commission sénatoriale.

    Des ministres avaient à plusieurs reprises critiqué la volonté d'instrumentalisation politique de l'affaire par la commission, et M. Griveaux n'a pas épargné le président de la commission Philippe Bas, ancien secrétaire général de l'Elysée.

    Le ministre lui a reproché de s'être exprimé dans la presse alors que les travaux de la commission étaient encore en cours. Un manque de déontologie selon lui.

    Une manière également d'accréditer, sans le dire directement, l'idée selon laquelle les sénateurs se sont emparés de l'affaire Benalla pour se faire de la publicité.

    Benalla l'assure, il n'a jamais été le garde du corps de Macron

    On le voit, au palais présidentiel, on reste sur la même ligne qu'avant concernant l'affaire Benalla. Mais on sent un certain soulagement, tout de même, à l'idée que l'audition de l'ancien chargé de mission soit désormais derrière eux.

    Pendant les débats, M. Benalla a pris soin de minimiser son rôle auprès d'Emmanuel Macron, affirmant qu'il n'avait jamais été son garde du corps, et justifié son port d'arme par des menaces qui l'auraient visé personnellement.

    Benalla devant les sénateurs : « Je n'ai jamais été le garde du corps de Macron »

    Quand on veut monter au cocotier, il vaut mieux avoir les fesses propres ; je crois que quand on veut démontrer que la République est irréprochable il faut soi-même changer de méthode.

    Il en faudra plus pour convaincre l'opposition 20/09/2018 - par Julien Chavanne Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.