GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • «Gilets jaunes»: mobilisation en recul avec 33 500 manifestants dans toute la France (minsitère de l'Intérieur)
    • Pour l'ancien président de la République, François Hollande, le mouvement des «gilets jaunes» est en «phase de conclusion»
    • Mouvement des «gilets jaunes»: «Moins de 3000 manifestants» à Paris en début d'après-midi (préfecture)
    • «Gilets jaunes»: 63 gardes à vue à Paris contre 335 samedi dernier à la mi-journée, indique la préfecture
    • «Gilets jaunes»: un conducteur décède après avoir percuté un camion à la frontière belge (préfecture)
    France

    Qui sont les «macronophiles»?

    media L'ex-ministre de l'Economie et fondateur du mouvement «En marche» Emmanuel Macron, lors d'un meeting avec de jeunes supporters dans un bar parisien, le 12 septembre 2016. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

    Une étude inédite de la Fondation Jean-Jaurès sur plus de 120 000 électeurs détaille le profil des soutiens du chef de l'Etat. Ce sont des citoyens optimistes, libéraux et europhiles qui penchent de plus en plus vers la droite.

    La gauche accuse Emmanuel Macron de mener une politique trop à droite. Il a en tout cas perdu le soutien d'électeurs de gauche. Le chef de l'Etat avait raflé lors de son élection les voix de la moitié des électeurs de François Hollande. Les sympathisants d'aujourd'hui sont seulement 27% à se sentir proches du Parti socialiste contre 40% à se sentir proche des Républicains.

    Le centre de gravité de son socle électoral se déplace vers la droite. A part sur les questions liées à l'immigration ou à l'islam, ce socle électoral est cohérent sur de nombreux sujets : les « macronophiles », comme les nomme l'enquête, sont de fervents partisans de la construction européenne.

    Ils sont libéraux sur les questions sociétales mais surtout sur les questions économiques. C'est l'un des points les plus frappants : la « compétitivité des entreprises » est leur deuxième priorité, après la lutte contre le chômage. Les autres électeurs citant le pouvoir d'achat ou l'immigration. Faire réussir l'entreprise donc, pour des électeurs qui ont le sentiment d'avoir « réussis leur vie », ils sont 6 sur 10 à le penser, beaucoup plus que les sympathisants des autres partis.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.