GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football: l'Egypte et l'Afrique du Sud sont les deux seuls pays candidats pour accueillir la CAN 2019 en remplacement du Cameroun
    Dernières infos
    France

    Immigration: de Marseille à Paris, la classe politique divisée sur l'Aquarius

    media Le navire humanitaire Aquarius, ici à Malte, le 15 août 2018. REUTERS/Darrin Zammit Lupi/File Photo

    Alors que le navire Aquarius espère débarquer 58 migrants au port de Marseille, le gouvernement français a dit préférer une solution européenne à cette nouvelle crise, entraînant un tollé dans l’opposition de gauche ce mardi. La classe politique est plus que jamais divisée sur ce sujet.

    Depuis lundi 24 septembre, les ONG qui l’affrètent demandent à la France l’autorisation exceptionnelle d’accoster à Marseille, son port d’attache. Elles veulent débarquer 58 migrants refusés par Malte et l’Italie. SOS Méditerranée l’assure, cette solution est la seule possible pour permettre au bateau en passe de perdre son pavillon panaméen de continuer ses missions en mer. Pour l’instant, le gouvernement français n’a pas donné son feu vert.

    A Marseille, certains partis politiques s'y opposent fermement, relate notre correspondant, Stéphane Burgatt. A l'image du Rassemblement national. Son sénateur Stéphane Ravier réitère d'ailleurs se demande d’enquête parlementaire pour complicité de trafic d’êtres humains et une mise sous séquestre du navire : « Je soupçonne SOS Méditerranée de participer à un véritable trafic d’êtres humains qui a rapporté des milliards d’euros à la mafia des passeurs l’année dernière. Secourir les clandestins en Méditerranée, oui, les accepter chez nous, non. Il faut organiser leur retour dans leur pays d’origine. »

    « C’est d’abord une question d’humanité »

    A l’inverse, dans le camp socialiste, à la mairie, Benoît Payan demande que soit réservé un accueil et un pavillon à l’Aquarius : « Le droit maritime ne reconnait pas le pavillon marseillais. Mais pour autant ce serait un symbole, parce que cette ville est aussi le symbole d’une Méditerranée qui connaît son histoire. Marseille s’honorerait à pouvoir accueillir ces personnes qui ont été sauvées de la mort. Et une fois qu’ils seront sur notre sol, on verra ce qu’on fait. Ce n’est pas une question politique. C’est d’abord une question d’humanité. »

    Du côté des autres partis, France insoumise s’est prononcée pour. Un député de La République en marche a fait de même avant de garder le silence. Chez Les Républicains, la seule personnalité à s’être exprimée est le président de la région Renaud Muselier, qui demande le respect du droit maritime et donc un accostage sur les côtes italiennes ou maltaises.

    Au Parlement à Paris, pour l'opposition de gauche, le gouvernement manque d'humanité en n'ouvrant pas ses ports directement. Un argument qui résonne aussi auprès de plusieurs élus de la République en Marche. C'est de « l'instrumentalisation politique », rétorque l'Elysée qui refuse de céder à la « bonne conscience » de gauche ou au « repli sur soi » de la droite et de l'extrême droite, suggérant que l'Aquarius débarque à Malte.

    L'Aquarius dérouté

    La ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a espéré qu'une solution serait trouvée dans la journée pour l'Aquarius et les 58 migrants qui se trouvent à bord et sont en quête d'un port de débarquement. Interrogée par Sud Radio, elle a cependant écarté l'idée que ce port puisse être Marseille, comme le demandent les deux ONG qui ont affrété le navire, Médecins sans Frontières (MSF) et SOS Méditerranée.

    L'Aquarius s'est en outre dérouté pour porter assistance à une centaine de personnes en détresse à bord d'une embarcation en caoutchouc et ne se dirige plus pour le moment vers Marseille, a déclaré mardi matin à RTL un responsable de MSF. « Nous avons reçu l'alerte par un avion européen (...) Les personnes auraient été récupérées par un bateau marchand », a expliqué Alyos Vimard, selon qui MSF maintient cependant son appel à la France pour qu'elle ouvre « exceptionnellement » ce port et fasse pression sur les autres pays européens.

    A (RE)LIRE → [Dossier] Crise migratoire: qui fait quoi en mer Méditerranée?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.