GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 25 Octobre
Vendredi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    PMA en France: le Comité d'éthique confirme sa position

    media L'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules était une promesse électorale d'Emmanuel Macron. Getty Image

    Après huit mois de débats, de colloques et de consultations, le Comité consultatif national d'éthique a rendu ce mardi 25 septembre 2018 son avis général sur les grands thèmes qui devraient être inclus dans le projet de loi sur la bioéthique. A la question qui suscite la plus grande polémique - faut-il ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules, leur permettant d'enfanter sans partenaire masculin ? -, le Comité a répondu « oui ».

    Très attendu sur ce sujet de société ultra-sensible, le Comité national d’éthique  réaffirme sa position prise en 2017. Oui, au nom de l’égalité, il se prononce en faveur de l'élargissement à toutes les femmes de la PMA, technique réservée aujourd'hui aux seuls couples hétérosexuels infertiles.

    Le Comité souhaite aussi que les enfants conçus grâce à cette méthode d’insémination artificielle puissent accéder à leurs origines. Il préconise par conséquent la levée de l’anonymat des futurs donneurs de sperme, à condition que ceux-ci soient d’accord.

    Il se déclare aussi favorable à la possibilité de proposer à toutes les femmes qui le souhaitent, sans toutefois les y encourager, de congeler leurs ovocytes pour une utilisation ultérieure.

    Toutes les propositions du Comité d’éthique, celles concernant la procréation mais aussi celles portant sur la génétique, les dons d’organes, la recherche sur l’embryon ou encore les neurosciences, seront maintenant soumises au débat parlementaire. Notre rôle n’est que consultatif, soulignent les 40 « sages » de cette instance indépendante.

    ► À relire : Emmanuel Macron veut éviter les tensions autour de la PMA

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.