GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Mondial de l'auto: Routes mythiques, l'horizon des voyages

    media Affiche de l'exposition des Routes mythiques réalisée par le dessinateur et auteur de BD, Thierry Dubois. Marc Verney / RFI

    Il n'y a pas de voitures sans routes. C'est à partir de cette évidence que le Mondial 2018 de l'auto a décidé de célébrer les Routes mythiques, des itinéraires extraordinaires comme celui de la Croisière noire Citroën, la route 66 américaine ou, beaucoup plus simplement, la célèbre route des vacances françaises, la R.N.7 de Paris à la Côte d'Azur. Ici, dans cette exposition qui se présente sous la forme d'un voyage, pas d'apologie superflue du moteur, mais un hommage à la mobilité, celle qui fait se rencontrer les hommes et progresser le monde.

    Le premier salon de l'auto parisien s'est tenu il y a 120 ans dans la capitale française. En en peu plus d'un siècle, le monde entier a cédé aux sirènes de la mobilité motorisée et a créé - pour le meilleur et le pire - une véritable civilisation de l'automobile, avec ses codes, ses repères, sa quasi religion... Le Mondial 2018 a donc décidé de revenir sur une époque, qui, aujord'hui, nous apparaît quelque peu surrannée en raison des controverses planétaires liées à l'auto : pollution excessive, gaspillage des matières premières, hécatombes routières... Et pourtant, l'exposition Routes mythiques, du 4 au 14 octobre 2018, va tenter d'offrir au visiteur du XXIe siècle, les clés d'une époque où la mobilité motorisée était vécue comme le symbole du progrès, l'affirmation de l'indépendance liée aux voyages, à la découverte du monde...

    De la Ford modèle T à la 2CV...

    Et c'est l'essor de la consommation de masse qui ouvre cette démocratisation des espaces et du mouvement, découvre-t-on au fil de l'exposition. En 1908, aux Etats-Unis, Ford commercialise son modèle T, une voiture totalement standardisée, ce qui permet de faire chuter les coûts de fabrication et donc de proposer le véhicule à un prix accessible au plus grand nombre d'Américains. Et ceux-ci sillonneront d'ailleurs les chaussées de la fameuse route 66 à la recherche d'un travail lors de la grande crise de 1929 en compagnie de cette increvable Ford... La France découvrira plus tard les « joies » de « prendre la route » : l’automobile devient véritablement accessible aux classes populaires grâce à la 4 CV Renault et la 2 CV Citroën, deux autos lancées respectivement en 1946 et 1948. La moitié des acheteurs sont des ouvriers et des employés modestes ; l'époque dite des « Trentes Glorieuses » de la fin des années quarante aux années soixante dix marquera un tournant dans l'aménagement des chaussées françaises: sur la fameuse route nationale 7 constamment réaménagée se succéderont chaque été des milliers de vacanciers motorisés découvrant les plaisirs et les déconvenues (bouchons, pannes, accidents) du voyage... Puis viendra l'ère des autoroutes, qui, encore maintenant, constellent le monde d'une couverture de béton pas toujours réussie...

    Mais Routes mythiques ne s'arrête pas qu'aux déplacements du plus grand nombre. Faire la route est aussi une affaire de pionniers, d'industriels et d'aventuriers... Grâce à la Fédération française des véhicules d'époque (FFVE), les véhicules exposés tout au long des lacets de cette sinueuse exposition en forme de route -il y en a une cinquantaine- vont de la première automobile Renault de 1898, célèbre pour sa montée de la rue Lepic à Paris, un itinéraire assez raide qui rejoint le sommet de la butte Montmartre... à l'autochenille Citroën Kégresse, qui fut l'héroïne des Croisières jaune et noire des années vingt et trente en Afrique et en Asie mais aussi au simple cyclomoteur Peugeot 103, symbole de la liberté reconquise pour des générations de jeunes lycéens !

    Emancipation routière

    Ce que démontre réellement cette exposition, c'est que la voiture et la route furent indéniablement deux puissants vecteurs d'émancipation et de culture dans le monde entier. Aux Etats-Unis, Hollywood y puisa l'inspiration nécessaire à la création d'un genre filmique: le « road movie », qui met en avant la quête des grands espaces par des conducteurs fuyant un quotidien morne et décevant ; on pense ici à Easy Rider de Dennis Hopper (1969) ou bien encore l'excellent Thelma et Louise de Ridley Scott (1991)... En Arabie saoudite, le combat des femmes pour obtenir le droit de se mettre à la place du conducteur est exemplaire de cette fonction émancipatrice qu'a la voiture. Et la date du 24 juin 2018 qui les autorise à avoir le permis de conduire restera comme un éclatant succès pour le droit des femmes.

    Le monde de demain est plein d'incertitudes pour le futur de la voiture et des routes. Des véhicules autonomes aux « routes intelligentes », on semble désormais oublier les conducteurs et le « plaisir » de tenir un volant... Les premières critiques du «tout bagnole» apparaîssent d'ailleurs déjà dans les années soixante: Jane Jacobs, une militante des droits de l'homme (1) préconise en 1961 la création de centres-villes piétonniers; un historien, Lewis Mumford (2), va même jusqu'à déclarer que « les Américains ont sacrifié leur vie à l’automobile »... Mais, en plein milieu de ces années, où le gas-oil coule à flot dans les réservoir, il est peu écouté... Aujourd'hui, après la COP 21 et l'imposition de normes drastiques, le scandale des moteurs diesel truqués fait tache au coeur d'une industrie automobile de plus en plus sévèrement décriée dans le grand public. Quel sera l'avenir de ce drôle d'objet à deux ou quatre roues ? Suivra-t-on les propos du jeune milliardaire Elon Musk (3), chantre de la voiture tout électrique, qui déclarait dans une conférence en mars 2015 : « Dans le futur, je pense que l’on pourra en arriver à interdire la conduite automobile sous prétexte que c’est une activité trop dangereuse »...

    Mathieu Flonneau, maître de conférences à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne est l'organisateur de l'exposition Routes mythiques au Mondial 2018 de l'automobile. Marc Verney / RFI

    QUESTIONS à Mathieu Flonneau, historien de l’automobile et commissaire de l’exposition Routes mythiques au Mondial de l’automobile 2018.

    RFI : qu’est-ce qu’une « route mythique » ?
    Mathieu Flonneau : Une « route mythique », c’est porteur de sensations. Il y a l’idée d’une projection longue, d’une destination lointaine, exotique, d’une forme d’autonomie plus ou moins illusoire, mais qui est quand même recherchée par ces motards, par ces automobilistes qui, dès les débuts de l’automobile et dès les débuts du motocyclisme ont cherché à aller, non seulement au bout évidemment des capacités mécaniques de leurs véhicules, mais surtout aussi qui ont cherché à retracer finalement les itinéraires faits par des pèlerins d’abord, puis des marcheurs, puis des gens qui investissaient dans le voyage beaucoup plus que la simplicité d’un déplacement […]. Dans notre exposition, le public français reconnaîtra la Nationale 7. Mais on évoque aussi beaucoup les routes alpines, la route des Grandes Alpes, la route Napoléon. Ensuite, il pourrait y avoir toutes les routes touristiques. On ne s’est pas attardé sur les routes du vin, mais il y aurait là beaucoup à dire. Et évidemment cette autre route mythique, outre-Atlantique, la route 66, qui est naturellement très bien représentée dans l’exposition. On a cherché aussi à s’ouvrir aux routes du grand Sud, à d’autres continents, à l’Afrique, évidemment à l’Asie, et les «routes de la soie»…

    On a l’impression que cette exposition vient combler une sorte de manque. Pendant des années, le salon de l’automobile n’a parlé que d’autos, et jamais de la voie qui supportait ces voitures…
    A certains égards, vous avez tout à fait raison. Il y a une forme d’évidence du thème qui pendant longtemps a été en quelque sorte contourné, évoqué par la bande. Alors là, c’est de façon frontale qu’on cherche à voir ce qu’est la « rugosité » d’une route et ce qu’elle a été pendant tout le siècle de l’automobile, ce long XXe siècle. […] Les chiffres du transport de fret et du transport de voyageurs sont assez éloquents, la route c’est quand même 70% à 80% des mobilités. Donc c’est cette problématique-là, la « mobilité », que l’on a cherché aussi à creuser dans ce Mondial de l’auto.

    La route, ce sont aussi des accidents, des pannes de voitures, des embouteillages, des chaussées en mauvais état, et maintenant de la pollution… mythifier les routes d’hier et d’aujourd’hui, est-ce que ce n’est pas un petit peu idéaliser ce monde automobile ?
    On n’évite pas ces problématiques. Vous le verrez, la sécurité routière est très présente. La question du partage de la route aussi. La question de cette durabilité est abordée dans l’exposition. On est là quand même au carrefour d’une question de la vie quotidienne, mais qui engage évidemment des enjeux majeurs à l’échelle globale, à l’échelle environnementale, universelle. Donc on n’évite rien. On pose les questions. On voit aussi combien finalement on peut y être attaché à cette culture routière. Cette exposition, c’est vraiment le rendez-vous de la passion aussi parce que réduire l’histoire de l’automobilisme, réduire l’histoire de la route à du CO2 ou à des nuisances si présentes qu’elles puissent être, c’est réduire, et ça n’est pas prendre en considération la richesse, les sensations, la passion qui anime ce milieu.

    Que peut-on attendre de l’avenir avec des autos de plus en plus automatisées, quelles seront les nouvelles émotions de demain, finalement, sur la route ?
    Tout l’enjeu justement de cette nouvelle civilisation qui nous est promise à certains égards, des routes intelligentes et des véhicules communicants et automatisés, cela va être, les constructeurs automobiles en sont bien conscients, de préserver aussi le plaisir de conduire. Il est évident que ce n’est pas d’un claquement de doigts que l’automatisation va survenir. Donc il va y avoir encore durablement des marges, des niches. Mais en même temps, il va falloir réfléchir très sérieusement à ce que représentait l’autonomie, la véritable autonomie qui a permis la conduite automobile. La responsabilisation qui allait avec. Donc oui, l’avenir n’est pas tracé et le Mondial est là pour montrer toutes les hypothèses.

    BON A SAVOIR
    Le Mondial 2018 se tient au Parc des expositions de la porte de Versaille à Paris du 4 au 14 octobre 2018 de 10h à 20h (nocturnes jusqu'à 22h les 4, 5, 6, 10, 11 et 12 octobre). Une expérience de réalité augmentée permettra aux visiteurs de l'exposition Routes mythiques (située dans le hall 5) d'accéder à des images et des vidéos supplémentaires.

    REPERES
    1697 Premiers panneaux d'indications routières en Grande-Bretagne
    1769 Le fardier à vapeur de Cugnot en France.
    1862 Théorisation du fonctionnement du moteur à explosion.
    1873 L'Obéissante, construite par Amédée Bollée au Mans.
    1883 Brevet du moteur à essence par Gottlieb Daimler.
    1886 Brevet pour une voiture à gaz déposé par Karl Benz.
    1889 Dépôt d'un brevet de pneumatique par John Dunlop.
    1894 Concours de voitures sans chevaux entre Paris et Rouen.
    1898 Première exposition automobile à Paris.
    1900 Lancement du Guide Michelin destiné aux conducteurs.
    1903 Création de la Ford Motor Company.
    1906 Premier Grand Prix de France. Premiers autobus à Paris.
    1907 Instauration d'un sens giratoire, place de l'Etoile, à Paris.
    1908 Premier Congrès mondial de la route et adoption des premières chaussées bituminées.
    1910 Première carte Michelin.
    1911 Premier marquage routier sur une chaussée du Michigan.
    1914 Premier feu rouge installé à Cleveland aux Etats-Unis.
    1924 Première autostrade en Italie, entre Milan et la région des Grands Lacs.
    1931 Départ de la Croisière Jaune Citroën.
    1932 Inauguration de la route 66, qui relie Chicago à Los Angeles.
    1935 Premier parcmètre.
    1972 16 000 morts dans des accidents de la route en France.
    1973 Premier choc pétrolier (quadruplement du prix du baril).
    1981 Vingt millions de VW Coccinelle.
    1996 Première journée sans voiture à Reykjavik (Islande).
    1997 Premier véhicule hybride, la Toyota Prius.
    2003 Etablissement d'un péage urbain à Londres.
    2005 L'automobile est responsable d'environ un tiers des émissions mondiales de CO2
    2008 Annulation du rallye-raid Paris-Dakar.
    2009 Crise aiguë dans l'industrie automobile mondiale.
    2010 La Chine devient le premier marché mondial d’automobiles.
    2014 Débuts du championnat du monde de Formule E (« Formule 1 » électrique).
    2016 Déclaration d'Amsterdam, soutien politique à la voiture autonome sans chauffeur.

    (1,2 et 3) source: « Cent vingt ans d'automobilisme », Mathieu Flonneau, L'Histoire (édition spéciale du Mondial 2018 de l'automobile)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.