GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • G7: Emmanuel Macron appelle les anti-G7 «au calme» et les invite «à résoudre les problèmes ensemble»
    • L'Union européenne ripostera si les Etats-Unis taxent le vin français, annonce Donald Tusk, le président du Conseil européen
    • Un accord UE-Mercosur est «difficilement» imaginable quand l'Amazonie brûle, avertit Donald Tusk (UE)
    • G7: Donald Trump est arrivé en France pour participer au sommet
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    France

    Fraude fiscale: le procès de la banque UBS s'est ouvert à Paris

    media L'ancien dirigeant d'UBS France, Patrick de Fayet au palais de justice de Paris avec son avocat, le 8 octobre 2018. REUTERS/Benoit Tessier

    La banque suisse UBS est soupçonnée d’avoir « braconné » une riche clientèle française et d’avoir collecté des avoirs non déclarés à hauteur de plusieurs milliards d’euros. Dès l’ouverture du procès, lundi 8 octobre, les avocats de la défense ont multiplié les questions prioritaires de constitutionnalité.

    A l’ouverture de l’audience devant le tribunal correctionnel de Paris, lundi 8 octobre, huit costumes sombres s’avancent à la barre. Huit banquiers UBS français et suisses aux cheveux grisonnants qui comparaissent pour avoirdémarché des clients français et avoir soustrait leurs revenus au fisc. La justice évalue les avoirs concernés à 10 milliards d’euros.

    Mais la défense, solidement dotée des meilleurs experts fiscaux du barreau de Paris, dénonce une procédure déloyale, un procès en sorcellerie en quelque sorte. « Il y a un présupposé que la banque suisse est coupable de complicité de fraude fiscale », s’insurge Denis Chemla, avocat d’UBS.

    Pour lui, « on oublie seulement que la problématique fiscale, c’est la problématique du client. Les banques françaises ne vérifient pas le statut fiscal de leurs clients. Aucune banque dans le monde ne vérifie le statut fiscal de leurs clients. Personne ne demande aux clients tous les ans d’envoyer leurs déclarations d’impôt. La loi n’impose pas aux banques de vérifier le statut fiscal de leurs clients, insiste-t-il. On leur fait un trait mauvais procès, pour moi ».

    Les audiences doivent durer six semaines. Mais le procès a été suspendu jusqu'à jeudi, le temps de l'examen des questions prioritaires de constitutionnalité, qui pourraient entraîner un report du procès. Les prévenus encourent jusqu’à cinq ans de prison, mais la banque UBS, si elle était reconnue coupable de blanchiment de fraude fiscale, pourrait écoper d’une amende record s’élevant à plusieurs milliards d’euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.