GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    France

    Jean-Luc Mélenchon demande «l'annulation des perquisitions»

    media Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon, au siège parisien de La France insoumise, le 19 octobre. REUTERS/Benoit Tessier

    Jean-Luc Mélenchon a demandé ce vendredi « l'annulation des perquisitions » menées notamment au siège de La France insoumise, mardi, et « la restitution de tout ce qui a été prélevé », lors d'une conférence de presse au siège de LFI. Dénonçant une nouvelle fois une « offensive politique » de la « Macronie », le dirigeant des Insoumis s'est insurgé contre la saisie de matériel informatique, d'agendas, de correspondances privées et politiques ainsi que des « photos personnelles les plus intimes », « sans qu'aucun d'entre nous ne sache quel usage il va être fait de tout ça et pourquoi ».

    « Nous demandons l'annulation de cette perquisition et la restitution de tout ce qui a été prélevé. Tout ce qui a été pris ici l'a été illégalement et doit nous être restitué », a insisté Jean-Luc Mélenchon, au lendemain de son audition par les policiers anticorruption de l'Oclciff à Nanterre, qui enquêtaient sur sa campagne présidentielle et sur les assistants d'eurodéputés de son parti. Le leader de LFI n'a pas fait état d'une démarche engagée sur le plan judiciaire.

    Après Jean-Luc Mélenchon, c'était vendredi au tour de sa conseillère en communication Sophia Chikirou d'être entendue, un « bouc émissaire », a tempêté le leader des Insoumis. « Il est prévu qu'elle soit à nouveau interrogée lundi. Je demande : quel autre chef d'entreprise est traité de cette manière ? Est-ce qu'il s'agit du PDG de Monsanto à qui on reprocherait le glyphosate », a-t-il raillé.

    Mardi, jour de l'annonce du remaniement gouvernemental, les sièges de LFI et du Parti de gauche ainsi que les domiciles de Jean-Luc Mélenchon et d'anciens assistants avaient été perquisitionnés dans une ambiance très tendue, qui a donné lieu à des accrochages avec la police. Après ces incidents, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « menaces ou actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire » et « violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique ».

    Ce vendredi, Jean-Luc Mélenchon s'est une nouvelle fois insurgé de cette « offensive politique » à son encontre par « toute la Macronie qui a trouvé ses relais en instrumentalisant la police, la justice et les médias ». Le responsable a dénoncé « quatre jours de bashing ininterrompu » ainsi qu'une « agression pour essayer de faire trébucher peut-être même tomber La France insoumise ». Mais, a-t-il ajouté, « si c'était ça le but de la manoeuvre c'est un échec total », hormis « ici et là des esprits faibles » qui « auront peut-être été impressionnés ».

    Selon lui, « nulle part il n'y a eu une opération de police de type antiterroriste contre un parti politique et les différentes personnes qui travaillent pour lui », dénonçant une nouvelle fois la série de 11 perquisitions. « La Macronie est entrée en agonie et nous fait payer à nous cette agonie », a-t-il encore estimé.

    Critiqué depuis trois jours pour son ton colérique et ses emportements, il a reconnu : « Bien sûr on peut être excessif et il peut arriver qu'on commette ici et là une erreur ou une autre », s'excusant auprès de la journaliste dont il a moqué l'accent du sud en expliquant qu'il avait cru qu'elle-même se moquait de lui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.