GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: une nouvelle enquête ouverte sur les bébés nés malformés dans l'Ain

    media La ministre des Solidarités de la Santé Agnès Buzyn, a annoncé ce dimanche une nouvelle enquête. AFP/Bertrand Guay

    Il y aura une nouvelle enquête pour savoir pourquoi en quelques années sept bébés sont nés sans bras dans une zone très précise du département de l'Ain (centre-est), annonce ce dimanche de la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Plusieurs cas de telles malformations ont en effet été recensés en Loire-Atlantique, en Bretagne et dans l'Ain. Pour les deux premières régions, un rapport concluait en effet que ces nombres de cas étaient anormalement élévés, mais il écartait toute anomalie statistique dans l'Ain. Une nouvelle étude va donc devoir être menée.

    C'est une zone de 30 kilomètres de côtés. Une zone rurale dans le département de l'Ain. Entre 2009 et 2014, sept enfants y sont nés sans bras ou sans mains.

    L'organisme SPF, Santé publique France, est alors diligenté pour déterminer si statistiquement ce nombre de cas est élevé et est donc provoqué par quelque chose, ou si au contraire, ce n'est que le fruit d'un hasard malheureux. Le rapport est rendu début octobre, et les experts sont formels : c'est le hasard qui est en cause.

    Mais ce travail ne semble pas être irréprochable. Ce rapport est tout d'abord signé SPF et non par les scientifiques qui en sont les auteurs contrairement à l'usage. Mais surtout, cette conclusion est en total désaccord avec d'autres études menées auparavant, notamment celles du Registre des malformations en Rhône-Alpes, le Remera, qui estime que le nombre de cas recensés dans la zone est cinquante fois supérieur à ce qui est normalement attendu.

    Sur une affaire aussi sensible, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a donc décidé de lancer une nouvelle enquête. Elle sera à nouveau confiée à Santé publique France, mais pas seulement puisque l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, mènera également les investigations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.