GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    France

    Sécheresse et inondations, les deux facettes d’une même météo

    media Un champ de maïs ravagé par la sécheresse, dans l'Est de la France, le 6 août 2018. AFP/Patrick Hertzog

    Inondations au sud, sécheresse à l’est, la météo hexagonale semble chaotique. Quand le département de l’Aude, au sud-est, a les pieds dans l’eau, le Doubs, au pied des montagnes du Jura, se dessèche. Si rien ne change, 2018 pourrait être l’année des records météorologiques.

    On observe des déficits pluviométriques sur l’est et le nord-est de l’hexagone depuis le 1er juillet. D’après Steven Testelin, prévisionniste à Météo France, certaines stations météo relèvent depuis le 1er juillet de nombreux cas de faibles pluies : à Lons-le-Saulnier, dans le Jura, il n’a plu que 120 mm, à Luxeuil, en Haute-Saône, on compte 100 mm, alors que le précédent record était de 128 mm en 1972. Et à Paris, il n’a jamais aussi peu plu : il faut remonter à 1959 pour la plus faible pluviométrie avec 64 mm alors qu’aujourd’hui, on atteint tout juste 63 mm depuis le 1er juillet.

    Le déficit de pluie a dépassé régulièrement 80% sur le sud-est, le littoral atlantique, ainsi que de la Bourgogne aux Pays de la Loire. En moyenne, sur l’ensemble du pays, le déficit pluviométrique atteint 70%.

    Des sols trop secs en conséquence

    On est en ce moment dans des records de sécheresse en Auvergne, en Alsace, où il n’a pas plu du tout depuis le 3 octobre.

    Pendant ce temps-là, la première moitié de l’automne a été exceptionnellement chaude, l’ensoleillement a atteint les valeurs les plus hautes depuis 1959 et sur l’ensemble du territoire, les températures ont été supérieures à la normale.

    Le déficit pluviométrique, combiné aux températures élevées, a donc accentué la sécheresse des sols superficiels qu’on a observée en septembre sur un large quart nord-est du pays. Et cette sécheresse superficielle des sols s’est étendue depuis à la quasi-totalité de l’hexagone. Les sols sont très secs dans les régions de Bourgogne, Franche-Comté, Alsace, Limousin, Auvergne et Rhône-Alpes.

    La normale de l’humidité des sols devrait remonter en ce moment, mais la tendance est encore à la baisse.

    Une question de météo

    Cette situation s’explique par la présence d’anticyclones sur le nord et l’est de l’Europe, qui protègent le territoire français en maintenant des hautes pressions. Ce qui était déjà le cas l’été dernier.

    On ne peut pas faire le lien entre cette sécheresse généralisée et les inondations qui ont frappé le département de l’Aude notamment. C’est l’intensité des précipitations, beaucoup d’eau en très peu de temps, qui a provoqué ces inondations éclair.

    Pour autant, un temps perturbé sur la côte méditerranéenne et beau sur le reste du pays n’est pas une situation exceptionnelle.

    L’avenir à court et long terme

    La météo va rester anticyclonique pendant plusieurs jours, mais on attend un petit changement fin de semaine, donc un peu de pluie.

    D’un point de vue climatique plus général, on va vers une accentuation. Mais c’est l’augmentation de la température qui pourrait assécher les sols. Par exemple, la canicule de 2017 a rendu les sols très secs, alors qu’il n’y avait pas eu de déficit de pluie les saisons précédentes.

    Concernant les inondations, on pourrait avoir des épisodes de pluies plus fortes et des crues plus marquées, ce qui n’est pas incompatible avec un climat plus sec, en particulier dans le midi.

    Et pour revenir à cette année, il n’y a pas eu encore de véritable pénurie d’eau parce que les nappes phréatiques se sont rechargé l’hiver dernier, mais les nappes devraient commencer à se remplir en ce moment. Il faut donc souhaiter un « hiver pourri », car sinon le printemps et l’été prochain seront très difficiles.

    En savoir plus :

    Le bilan hydrologique 2018

    Comprendre le climat

    Les prévisions météorologiques 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.