GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nouvelle-Calédonie: une journée de vote marquée par une forte participation

    media Des Calédoniens votent dans un bureau de Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie, le 4 novembre 2018. Theo Rouby / AFP

    A 18 000 kilomètres de Paris, en Nouvelle-Calédonie, ce petit archipel du Pacifique grand comme deux fois la Corse, les électeurs avaient le choix ce dimanche 4 novembre 2018 : rester français ou bien prendre leur indépendance. Le vote pour le référendum est terminé. Il aura été marqué par une très forte mobilisation, qui dépasse les 73%.

    Avec notre envoyé spécial à NouméaJulien Chavanne

    Les bureaux de vote ont fermé leurs portes à 18h, heure locale (8h, heure de Paris). Plus de 73% des électeurs sont allés voter, selon une première estimation. Un bon score, 15 points de plus que lors des dernières élections locales.

    Cette mobilisation éloigne d'ores et déjà la menace d'une contestation du scrutin. Les premières remontées de terrain concernent la moitié des bulletins dépouillés pour le moment. Le rapport de force est de 60% pour le non, 40% pour le oui. Mais ce sont des résultats partiels. Dans les fiefs indépendantistes on a voté oui et dans les provinces plus riches, dans le sud, on a voté, sans surprise, pour le non.

    Journée historique

    Les Calédoniens se sont déplacés en masse pour ce référendum. Il faut dire qu’une partie de la population, les Kanaks, le peuple premier, l’attendaient parfois depuis plusieurs générations. Il a fallu à certains endroits patienter plus d’une heure sous le soleil, avant de mettre un bulletin dans l’urne.

    Que ce soit chez les pro ou chez les anti-indépendantistes, il y avait la même impatience, la même émotion à l'idée de vivre une journée historique. Le même attachement, aussi, à cette terre du bout du monde - vue de Paris.

    « Oui » ou « non »

    « Cela représente déjà le fait de faire entendre ma voix sur ma décision au niveau du destin de la Nouvelle-Calédonie, estime Yves, qui a voté « non ». J’ai senti que c’était vraiment un moment historique, important. »

    « Et historique pour moi !, commente Germain, qui a choisi le « oui ». J’ai pensé à tous nos vieux qui sont déjà partis. Le bulletin que j’ai mis, c’est pour lui, pour expliquer à mon fils : j’ai mis ça pour toi, pour l’avenir, après. C’est toi qui construiras le pays avec les autres. »

    Le vote s’est globalement déroulé dans le calme. Quelques électeurs loyalistes, d’autres indépendantistes, ont simplement défilé dans les rues à bord de leur voiture avec des drapeaux français ou kanaks. Et si plusieurs voitures ont été brûlées dans le quartier populaire de Montravel à Nouméa et deux « faits de caillassages » ont été signalés, ce n'est « rien de significatif » selon le Haut-commissariat.

    Dépouillement

    Le dépouillement a commencé mais prend du temps, en raison de la participation élevée. Mais il est encore trop tôt pour tirer les leçons de la forte mobilisation. Indépendantistes et loyalistes commencent à se réunir dans leur QG pour la soirée électorale.

    Au QG du parti Calédonie ensemble pas de triomphalisme. On se prépare à une victoire attendue. La volonté est de tendre la main pour préparer l’après-référendum.

    Emmanuel Macron prendra la parole un peu plus tard dans la soirée, 13h, heure de Paris. Le Premier ministre sera sur place dès lundi. Il va passer la journée avec les responsables politiques calédoniens.

    C’est la première fois que je vois autant de participation pour une élection en Nouvelle-Calédonie. Aussi bien les indépendantistes que les loyalistes, ils ont tous fait leur job. Ils sont allés partout, prêcher la bonne parole pour le oui ou pour le non.

    Christiane

    une électrice calédonienne

    04/11/2018 - par Julien Chavanne Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.