GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: la grogne monte face à la hausse des prix des carburants

    media Selon les sondages, les trois quarts des Français soutiennent le mouvement de blocage des routes prévu pour le 17 novembre prochain. REUTERS/Charles Platiau

    En France, des prix à la pompe montent. Opérations escargot, appels aux blocages des routes le 17 novembre, la colère des usagers grandit. De plus en plus d’automobilistes dénoncent la hausse des tarifs de carburants, qui flambent depuis quelques mois.

    L'augmentation des prix des carburants provoque des mouvements de protestation, notamment dans les zones rurales où il n’existe pas d’alternative à la voiture.

    Parallèlement, la pétition lancée par une automobiliste en colère rencontre un vif succès. Plus de 750 000 personnes l'ont déjà signée. Les signataires réclament la baisse des prix à la pompe. Selon les sondages, les trois quarts des Français soutiennent le mouvement de blocage des routes prévu pour le 17 novembre prochain.

    Le président assume

    Face à cette grogne, Emmanuel Macron répond. Dans un entretien au Courrier picard, à L'Union et à La Voix du Nord, le chef de l'État a déclaré : « J'assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l'essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail. »

    Le président se dit néanmoins favorable à des solutions innovantes à l'égard des personnes devant se déplacer pour aller travailler. Notons que les hypermarchés Carrefour et Leclerc ont annoncé qu'ils allaient, à titre exceptionnel, distribuer des carburants à prix coûtant à partir de ce lundi et jusqu'au 17 novembre.

    Les taxes montent

    Une des raisons de cette flambée, c'est la hausse des taxes. À elle seule, la fiscalité compte pour 60% du prix final, et elle ne cesse de grimper. Pour des raisons qui ne sont pas seulement budgétaires.

    Par exemple, l’augmentation de la part carbone de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) vise à freiner l’utilisation des énergies fossiles, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.

    La hausse supplémentaire infligée au gazole sert à abolir progressivement le traitement préférentiel accordé aux véhicules diesel afin de limiter les émissions de particules fines, nocives pour la santé.

    Engagée par le gouvernement précédent de François Hollande, cette double hausse a été reprise et même renforcée par l’actuelle majorité. Avec un effet immédiat sur les recettes de l'État : la TICPE a rapporté 11 milliards d’euros en 2017. Elle devrait atteindre 13 milliards cette année et 17 milliards en 2019.

    Les variations du cours de l’or noir

    Il n'y pas que les taxes, les cours mondiaux du pétrole flambent eux aussi. Ces derniers mois ont été particulièrement marqués par des variations brusques des cours, mais globalement, les cours ont monté.

    Une hausse renforcée par les inquiétudes des marchés liées au rétablissement des sanctions américaines contre l'Iran. Le baril de Brent valait moins de 30 dollars début 2016, il a grimpé à 72 dollars aujourd'hui. En toute logique, l’évolution des prix des carburants suit la trajectoire du cours du pétrole brut.

    Pour juguler ces hausses, ne faudrait-il pas réduire les taxes lorsque le baril s’envole ? Le gouvernement de Lionel Jospin s’y était déjà essayé au début des années 2000. Avec un résultat très mitigé. La mesure avait coûté 3,5 milliards d’euros pour une baisse moyenne du litre de carburant de seulement 2 centimes. Pour Bercy, un tel dispositif n’est ni possible, ni souhaitable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.