GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Strasbourg: Macron remercie «l'ensemble des services mobilisés» dans la traque de l'auteur de l'attentat
    • Cessez-le-feu au Yémen: «La paix est possible», estime Pompeo
    • Foot: la Fédération ivoirienne a saisi le Tribunal arbitral du sport contre la décision de la CAF de confier la CAN 2021 au Cameroun
    • Le parlement irlandais vote pour la légalisation de l'avortement
    • Khashoggi: le Sénat américain juge le prince héritier saoudien «responsable du meurtre»
    • Attentat de Strasbourg: Chérif Chekatt a été abattu par la police dans un quartier de la ville
    • France: le marché de Noël de Strasbourg rouvrira vendredi (Castaner)
    • Yémen: l'Iran salue les avancées «prometteuses» des consultations de paix
    France

    Procès Bendaoud: la porosité entre terrorisme et délinquance soulignée en appel

    media Jawad Bendaoud à son arrivée au Palais de justice ce 21 novembre 2018: relaxé en première instance, il comparaissait libre. Jawad Bendaoud est jugé pour avoir logé deux jihadistes auteurs des attentats du 13 novembre 2015. JACQUES DEMARTHON / AFP

    Nouveau procès en appel au Palais de justice de Paris pour celui qui est soupçonné d’avoir hébergé deux jihadistes de l’organisation Etat islamique, c’était il y a trois ans, dans les heures qui ont suivi les attentats du 13 novembre à Paris… Neuf mois après sa relaxe en février dernier, une fois encore, le logeur d’Abdelhamid Abaaoud s’est fait remarquer dès le début du débat.

    A premier jour de sa comparution devant la Cour d’appel, Jawad Bendaoud n’a vraiment pas opté pour la sobriété. Il a choisi de se vêtir d’un jogging noir orné de larges bandes de paillettes dorées. Si bien que l’on ne voit que lui dans la salle d’audience.

    Le logeur de Saint-Denis semble déterminé à réitérer le spectacle qu’il avait offert en première instance, en multipliant les déclarations fantasques et décalées. Une attitude désinvolte qui n’est pas du goût des parties civiles. Elles espèrent cette fois le voir condamné pour recel de malfaiteur terroriste.

    « Il y a une porosité très forte entre la délinquance ordinaire et Jawad Bendaoud est quand même un vendeur de mort, nous explique Didier Seban, avocat. C’est un vendeur de crack. Et puis c’est sur ce terreau-là que les terroristes ont trouvé des complices, ont pu naviguer comme des poissons dans l’eau en région parisienne. Et donc, Jawad Bendaoud ne pouvait ignorer qu’il logeait des terroristes. Il a pris ce risque, il doit être sanctionné pour ça ».

    Si avec plus de 700 parties civiles le premier procès en lien avec les attaques du 13 novembre 2015 avait été retentissant, ce procès en appel, lui, est loin de faire salle comble. Seule une vingtaine de parties civiles ont ce mercredi matin fait le déplacement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.