GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)
    France

    Syndicat Force ouvrière: qui pour prendre la barre après la tempête?

    media Pascal Pavageau a dû quitter ses fonctions au bout de six mois. Il avait pris la tête du syndicat FO au printemps dernier. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    Quelque 200 cadres de Force ouvrière (FO) sont réunis en congrès depuis ce mercredi matin 21 novembre 2018, pour élire un nouveau secrétaire général. Cette élection a été imposée par la démission de Pascal Pavageau, six mois après son arrivée à la tête du syndicat, en raison de révélations d'un fichier parfois insultant pour certains cadres de l'organisation. Néanmoins, à l'approche du vote, le flou règne encore.

    A l'ouverture du congrès, on ne savait pas encore quand se déroulerait le vote. Les pronostics divergeaient au sein même du syndicat. Peut-être ce mercredi 21 novembre ou bien demain, jeudi. En réalité, cela dépendra de la longueur des échanges préliminaires. C'est la première fois que le parlement de FO se réunit depuis que la crise a éclaté.

    Un scandale des fiches, doublé d'une crise financière, avec un déficit de plus d'un demi-million d'euros en 2017 et surtout des révélations sur les notes de frais et les rémunérations des dirigeants dans la presse. Alors, pour crever l'abcès, la direction a prévu de laisser les responsables s'exprimer librement à la tribune. Des débats qui s'annoncent passionnés.

    Autre inconnue : les règles électorales. Avant de se mettre d'accord sur leur futur dirigeant, les cadres doivent s'entendre sur le nombre de tours. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la question n'a jamais été tranchée. La plupart du temps, il n'y a qu'un candidat ; c'est la première fois qu'il y en a autant, signe peut-être de la division du syndicat.

    Trois candidats, tous des hommes

    En tous cas, une chose est sûre, un homme sortira du chapeau. Force ouvrière n'a jamais mis de règles de parité en place. Il y a donc peu de femmes dans les hautes instances.

    En lice, donc, Patrice Clos, 53 ans, numéro un de la Fédération des transports et de la logistique. Fédération qui, hasard ou non, a été la première organisation du secteur à rejoindre officiellement les « Gilets jaunes ». Face à lui, Christian Grolier, 52 ans, secrétaire général de la fonction publique, et Yves Veyrier, 60 ans, membres du bureau confédéral.

    Le jeu des pronostics est risqué. Mais plusieurs hauts dirigeants anticipent un match serré entre les deux derniers. En tous cas, derrière l'affrontement électoral de ces trois personnalités se cache une bataille de courants au sein de FO.

    Deux stratégies divisent le syndicat

    La crise a ravivé les divergences internes. Il y a d'un côté les partisans d'une ligne « revendicative », c'est-à-dire basée sur les grèves et manifestations. C'est celle qui avait été défendue par Pascal Pavageau et validée au congrès d'avril dernier. Courant dont sont proches Patrice Clos et Christian Grolier.

    De l'autre côté, il y a les tenants du « réformisme », ligne basée davantage sur la concertation et défendue par Jean-Claude Mailly à la fin de son mandat. Jean-Claude Mailly qui comptait dans son entourage Yves Veyrier.

    Par ailleurs, dans le climat délétère qui règne depuis plus d'un mois, les rumeurs vont bon train sur les trois candidats. Patrice Clos est accusé d'avoir des penchants « anarchistes », Christian Grolier d'être « trotskiste » et Yves Veyrier d'être « pro-Macron ».  Des tendances que les candidats démentent.

    Un agenda déjà bien chargé

    Une fois élu, le nouveau dirigeant devra se mettre au travail rapidement. Les dossiers s'accumulent sur le bureau du futur numéro un. Pour Christian Grolier, la priorité sera de rassembler les troupes. Patrice Clos veut quant à lui remettre de l'ordre dans les finances du syndicat et réclame un audit financier de la confédération.

    Pendant ce temps, l'agenda social ne s'allège pas, avec la concertation sur la future réforme des retraites, la négociation sur l'assurance chômage ou encore la mobilisation des gilets jaunes.

    L'une des urgences de FO, ce sera aussi d'être rétablie pour l'élection professionnelle dans la fonction publique début décembre. Election qui pourrait prendre la température : FO est le premier syndicat dans la fonction publique d'Etat, le troisième dans les sections territoriale et hospitalière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.