GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Les «gilets jaunes» défilent à Paris, heurts avec la police sur les Champs-Elysées

    media Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes contre des «gilets jaunes» lors de la mobilisation à Paris, ce 24 novembre 2018. REUTERS/Benoit Tessier

    Plusieurs milliers de « gilets jaunes » se sont réunis samedi 24 novembre au matin sur les Champs-Elysées. Ils se sont heurtés à un important dispositif policier leur barrant le passage vers la place de la Concorde. D'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, ils étaient 8 000 à Paris et 23 000 dans toute la France à la mi-journée.

    Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et utilisé un camion lanceur d'eau pour éloigner les manifestants du rond-point des Champs-Elysées, frontière d'un périmètre « sécurisé » incluant notamment les abords de l'Élysée, la partie basse des Champs-Elysées et la place de la Concorde.

    Selon la préfecture de police, les incidents sont liés à la présence « à l'avant du cortège d'une centaine de membres de l'ultradroite qui harcèlent les forces de l'ordre ». Des « gilets jaunes » ont notamment été vus en train de desceller des pavés ou des mettre à terre des barrières de chantier. Mais « aucun manifestant n'est dans la zone interdite par arrêté ».

    Ce samedi 24 novembre, des milliers de «gilets jaunes» arpentent les Champs-Elysées. REUTERS/Benoit Tessier

    Beaucoup de gilets jaunes déplorent cette ambiance. Laurent, bonnet sur la tête, est venu de Lille. « Je suis pacifiste. Cette violence gâche tout. Casser, ce n'est pas le message que l'on veut passer. On voulait juste pouvoir vivre dignement ».

    Les « gilets jaunes » ont commencé à arriver en début de matinée par petits groupes en haut de la célèbre avenue, avant de la descendre en chantant alternativement La Marseillaise et des slogans anti-Macron, contournant parfois des forces de l'ordre disposées en amont du périmètre interdit.

    Nous en province, on est les isolés.

    Un couple de «gilets jaunes» au Champs-de-Mars 24/11/2018 - par Laurence Théault Écouter

    Acte 2

    Les « gilets jaunes » ont rejeté la proposition des autorités de se réunir sur le Champ-de-Mars, refusant d'être « parqués » loin des lieux de pouvoir parisiens, et annoncé qu'ils manifesteraient « dans le quartier des Champs-Elysées » durant « toute la journée ». Quelque 3 000 forces mobiles sont mobilisées à Paris ce samedi, appuyées par des hélicoptères.

    C'est sur la place de la Concorde qu'avait été initialement prévu un grand rassemblement, auquel plus de 36 000 personnes s'étaient déclarées participants sur Facebook, pour « l'acte 2 » de cette mobilisation contre la hausse des prix du carburant, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat. Ce rassemblement a été interdit par la Préfecture de police de Paris.

    Des opérations sont également en cours en province, notamment aux abords des péages et axes autoroutiers.

    Blocages

    Après le succès de l'acte 1 samedi, quand 282 000 personnes ont bloqué axes routiers et sites stratégiques partout en France, suivi d'une semaine de blocages qui se sont progressivement essoufflés, les « gilets jaunes » veulent une nouvelle démonstration de force.

    Le mouvement peut compter pour l'instant sur un large soutien des Français : selon un sondage de l'institut BVA, ils sont 72% à approuver les revendications des « gilets jaunes », mais en revanche leur mode d'action divise : 52% des Français sont contre, 46% pour.

    Le mouvement, apolitique et asyndical, reste un véritable défi pour le président Macron qui n'a pour l'heure pas manifesté l'intention de revenir sur le rythme de ses réformes. La présidence française a cependant annoncé que le chef de l'État donnerait mardi « le cap pour la transition écologique », assurant avoir « reçu le message des citoyens ».

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.