GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «Gilets jaunes»: au tribunal correctionnel, «ce n’est pas eux qu’on attendait»

    media Des CRS procèdent à l'interpellation d'un «gilets jaune» lors de la mobilisation du 1er décembre à Paris, marquée par des violences. Abdulmonam EASSA / AFP

    Quarante-huit heures après les violences de samedi qui ont marqué la journée de mobilisation des « gilets jaunes », place à la réponse judiciaire. Au tribunal correctionnel de Paris, le nombre des audiences a été doublé pour faire face à l'afflux considérable de prévenus.

    De notre envoyé spécial,

    Derrière le box des prévenus, des silhouettes se dressent, souvent juvéniles, parfois bourrues. Il n’y a que des hommes âgés de 20 à 40 ans, la plupart ont la trentaine. Installés dans la vie, ils travaillent et vivent en région, loin de Paris. Certains ne sont pas venus seuls : sur les bancs de la salle d’audience, des parents, des sœurs, des frères, des compagnes, des amis. Comme d’un seul corps, ils se lèvent quand la cour entre dans la pièce.

    Sous les lambris modernes de bois beige de la salle pleine à craquer, beaucoup de journalistes, mais aussi de Parisiens. Certains riverains des quartiers dévastés samedi dernier ont aussi fait le déplacement. Anne-Marie et son mari habitent avenue Kléber. Un manteau de fourrure sur le dos, elle s’étonne : « Ils n’ont pas l’air de casseurs ! »

    Une fronde « au cas où »

    Le président du tribunal donne la parole au premier prévenu : Jérôme J., né le 2 janvier 1992, 26 ans, il habite dans la Nièvre. Alors qu’il a été contrôlé avec des « gilets jaunes », on a retrouvé dans son sac à dos un casque de vélo, un masque de ski et une fronde, énonce le magistrat. Le prévenu a la parole. Son avocat redresse le micro qui lui arrivait au-dessus du crâne. Jérôme explique : « Le casque de vélo et le masque de ski, Monsieur, c’était pour me protéger des gaz lacrymogènes. La fronde, c’était pour renvoyer des pastilles de lacrymo, au cas où ». Silence dans l’assemblée, le président se plonge dans le dossier.

    « Il n’y a pas grand-chose » dans les dossiers, répéteront les avocats des prévenus tout au long de cette première journée de comparutions immédiates. Lors d’une suspension d’audience, la mère de l’un d’eux explique, à moitié en larmes : « C'est la première fois que mon fils participait à une manifestation… Les jeunes couples ne peuvent plus vivre, tout le monde en a marre, et c’est eux… C’est mon fils qu’on va accuser d’être un casseur ! ».

    Pourtant le tribunal a ses motifs : ces jeunes hommes ne sont pas là parce qu’ils ont voulu manifester – ce qui est un droit fondamental, rappelle le président de la cour –, mais parce qu’ils étaient réunis en groupes et susceptibles de commettre des violences. Les preuves, selon la cour, sont dans les sacs des prévenus.

    Les mêmes scènes se répètent tout l'après-midi. Dans le box se succèdent un boucher, des manutentionnaires, un technicien, des intérimaires. Ils expliquent qu’ils travaillent. Souvent, ils ont des enfants, quelques fois une femme, et sont venus à Paris manifester leur mécontentement.

    « Ce n'est pas lui le casseur, le pauvre »

    Le boucher, 47 ans, un peu au-dessus de la moyenne d’âge de cette journée de comparutions, décrit avec ses mots : « Si j’avais un couteau dans mon sac, un Opinel, c’était pour casser la croûte, pour couper mon saucisson, pas pour faire du mal. Je suis boucher, mais je travaille dans un abattoir, je gagne 1 200 euros par mois ». Dans la salle, on étouffe des rires. Les Parisiens de l’avenue Kléber qui venaient voir leurs fauteurs de troubles avalent leur salive. « Ce n’est pas lui le casseur, le pauvre ».

    C’est au tour du procureur de la République de relancer l’audience. « Vous étiez alcoolisé quand vous avez foncé dans une troupe de CRS tout seul, pour 'libérer la voie' – ce sont vos mots ? », l'interroge-t-il. « Oui », répond le boucher, avant de se justifier : « Je ne viens pas souvent à Paris alors j’avais bu un coup. C’est interdit ? ».

    Dans la salle d’audience 2-3, on se remet à rire. Derrière le box, le boucher des Hautes-Alpes s’amuse lui aussi. Le président sourit. L’avocate prend la parole pour expliquer que son client n’est pas le casseur que l’on aimerait qu’il soit. Lui comme d’autres auraient été arrêtés à 10h50 samedi matin, « procès-verbal à l’appui, bien avant que les émeutes qui ont fait le tour du monde n’aient lieu ».

    Sept prévenus jugés avant 17h

    Après une nouvelle suspension d’audience, c’est au tour d’autres jeunes hommes de défiler dans le box des prévenus. Les discours d’excuses se mêlent parfois à la haine des institutions. Des revendications de « gilets jaunes » étouffent des discours personnels. Dans l’assistance, on se regarde, les habitants de l’avenue Kléber soupirent : « Ce sont des enfants ». Les avocats tirent toujours les mêmes ficelles. « Un lance-pierre peut-il être considéré comme une arme si on le trouve dans le fond d’un sac d’une personne qui venait manifester depuis sa province et craignait de se faire agresser dans Paris ? », demandent-ils.

    Puis soudain, la justice passe. Dans la salle d’audience 2.3 avant 17h, sept prévenus auront été jugés. Deux ont préféré remettre leurs jugements à une date ultérieure, ils seront renvoyés au 7 janvier prochain. Tous les autres ont écopé de plusieurs mois de prison, souvent avec sursis, parfois ferme. Dans les couloirs qui se vident, les avocats et les proches des prévenus n’en démordent pas : « On a voulu faire un exemple pour dissuader les prochains 'gilets jaunes' de venir manifester à Paris samedi prochain ». Les riverains de l’avenue Kléber, pourtant dévastés par l’état de leur quartier, ne sont pas non plus d’accord : « Ce n’était pas eux que l’on attendait aujourd’hui. »

    Les personnes gardées à vue ont fait partie d'un coup de filet aveugle. Ce n'était pas les casseurs ni les réels pilleurs [...] On a voulu faire du chiffre avant de faire un travail de qualité et d'aller attraper les réels casseurs qui sont plus habitués que des gilets jaunes qui se sont retrouvés au mauvais endroit, au mauvais moment.

    Margaux Bourbier 04/12/2018 - par Pierre Olivier Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.