GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    «Gilets jaunes»: pour comprendre le RIC, référendum d'initiative citoyen

    media Les «gilets jaunes» sur les Champs-Elysées à Paris le 24 novembre 2018. Bertrand GUAY / AFP

    C'était une des principales revendications des « gilets jaunes » : la mise en place d'un référendum d'initiative citoyen, un RIC. Une demande entendue par Edouard Philippe. Ce lundi matin, dans un entretien au quotidien « Les Echos », le Premier ministre s'est déclaré favorable sur le principe à un référendum d'initiative citoyen. Il considère que c'est bon instrument dans une démocratie mais pas sur n'importe quel sujet ni à n'importe quelles conditions.

    Dans les grandes lignes, la mise en place d'un RIC permettrait à n'importe quel citoyen de soumettre une question à un référendum. Il faudrait juste que cette question soit soutenue par un certain nombre d'autres personnes ou d'élus. Concrètement, il permettrait de créer ou de modifier une loi sans passer par le parlement ou le gouvernement.

    Signature de 700 000 personnes

    Pour être valable, ceux qui soutiennent ce projet précisent qu'il faudrait que 700 000 personnes signent le texte. C'est un peu plus de 1% des personnes inscrites sur les listes électorales.

    Lors de la dernière élection présidentielle, cette idée était revenue sous des formes différentes. Plusieurs candidats avaient proposé la mise en place de ce système comme Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou encore François Asselineau.

    Un référendum d'initiative partagée trop contraingnant

    Si le RIC n'existe pas, il y a déjà un référendum d'initiative partagée dans la loi. Mis en place en 2015, il faut qu'il soit soutenu par 4,5 millions de citoyens et 185 députés ou sénateurs. Le problème, c'est qu'il est trop contraignant. Il n'a donc jamais été organisé depuis sa création.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.