GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Des policiers allemands soupçonnés d'avoir mis sur pied une cellule néonazie

    media Des policiers allemands photographiés en décembre 2018 à Kehl, dans le Bade-Wurtemberg. SEBASTIEN BOZON / AFP

    Comme en France, la police fait la Une de l'actualité en Allemagne, mais pour une tout autre raison. Cinq policiers allemands - quatre hommes et une femme - sont accusés d'avoir mis sur pied une cellule néonazie. Une enquête a été ouverte.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    « Truie turque pourrie, fous le camp tant qu'il est encore temps. » Seda Basay-Yildiz a l’habitude des messages anonymes. Mais le texte qu’elle reçoit en août dernier mentionne son adresse privée et menace en outre de s’en prendre à sa fille.

    Cette avocate de Francfort, d'origine turque, a notamment défendu des familles de victimes de la cellule terroriste néonazie NSU, qui a assassiné des étrangers en Allemagne. Le texte est d’ailleurs signé « NSU 2.0 ».

    L’avocate a, à l’époque, alerté les autorités. L’enquête a depuis montré que l’origine du message menait à un commissariat de Francfort.

    Quatre policiers et une policière actifs au sein d’un groupe de la messagerie Whatsapp ont été suspendus. Ils seraient à l’origine des menaces.

    L'enquête concernerait d'autres policiers

    La policière s’était procuré l’adresse de l’avocate. Les enquêteurs ont trouvé dans les échanges de messages du groupe d’extrême droite des photos et autres symboles nazis.

    Ces cinq fonctionnaires sont soupçonnés d’avoir rédigé et envoyé le message de menaces à Seda Basay-Yildiz. D’après des informations parues dans la presse allemande, l’enquête serait désormais élargie et concernerait d’autres policiers.

    Ces révélations ont suscité des condamnations de responsables politiques dans la région de la Hesse comme à Berlin.

    Plus largement, l’enquête alimente un débat récurrent sur les sympathies d’une minorité au sein de la police pour les thèses de l’extrême droite.

    ► À relire : En Allemagne, l'afD poursuit sa radicalisation

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.