GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Benalla: le Sénat ne lâche pas Macron

    media Le président Emmanuel Macron et son responsable de la sécurité Alexandre Benalla à Berd'hui, le 12 avril 2018. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Emmanuel Macron a eu « deux échanges laconiques » avec Alexandre Benalla depuis que celui-ci a quitté l'Elysée. La présidence a été contrainte de confirmer les informations parues dans « Le Canard enchaîné ». Alexandre Benalla assurait, lui, lundi à Mediapart, qu'il échangeait régulièrement avec le chef de l'Etat. Dans le même temps, la commission d'enquête du Sénat est bien déterminée à poursuivre ses travaux en demandant aux autorités de nouvelles explications.

    Emmanuel Macron voudrait tourner la page, mais la commission d'enquête du Sénat ne l'entend pas de cette oreille. Elle qui n'a pas de délais pour rendre ses conclusions n'exclut pas de mener de nouvelles auditions suite aux récentes révélations.

    Alexandre Benalla a utilisé des passeports diplomatiques après son départ de l'Elysée. Il avait pourtant déclaré à la commission en septembre les avoir laissés dans son bureau. Alexandre Benalla a-t-il menti sous serment ? A-t-il continué à travailler en sous-main pour l'Elysée, s'interroge la commission, qui demande des éclaircissements aux autorités.

    Bien des contradictions

    Au fil des 25 auditions déjà menées, les sénateurs ont noté bien des contradictions dans les déclarations des uns et des autres. « Notre rapport final sera sévère », promet déjà un membre de la commission qui n'exclut pas de saisir la justice pour « faux témoignage » sous serment.

    Les trois sénateurs d'opposition qui dirigent la commission se rappellent donc au bon souvenir d'Emmanuel Macron bien conscients que le feuilleton Benalla constitue un fil à la patte pour un président qui cherche tant bien que mal à rebondir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.