GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Crise des gilets jaunes: plainte, enquête et gardes à vue après les heurts

    media Selon le parquet, 35 personnes ont été placées en garde à vue à Paris après les heurts de ce week-end. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Des affrontements entre «gilets jaunes» et policiers ont encore eu lieu en France ce week-end. Plusieurs gendarmes ont été pris à partie sur un pont de Paris et deux d'entre eux ont porté plainte. Dans le sud de la France, à Toulon, un officier de police a frappé plusieurs manifestants. Plusieurs vidéos le montrent en train de s'en prendre à deux personnes. L'IGPN, la police des police, a ouvert une enquête. Le Premier ministre, invité de TF1, à 20h, doit annoncer des mesures d'ordre public face aux violences.

    Des actes de violences ont eu lieu ce week-end en France à l'occasion des mobilisations des gilets jaunes dans plusieurs grandes villes. A Toulon, un officier de police a été filmé en train de frapper des manifestants. L'IGPN, la police des police, a ouvert une enquête.

    A Dijon, une caserne de gendarmerie a été le théâtre de heurts et deux gendarmes ont été blessés.

    Plusieurs membres des forces de l'ordre ont été pris à partie, également à Paris. Deux d'entre eux ont porté plainte pour des faits survenus sur la passerelle  Léopold-Sédar-Senghor dans le 1er arrondissement. L'un d'entre-eux s'est vu prescrire 15 jours d'incapacité totale de travail. Des images circulent sur les réseaux sociaux mettant en évidence les coups portés par un individu, ex-boxeur professionnel selon le Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN). Son nom : Christophe Dettinger, double champion de France des poids lourd-léger en 2007 et 2008. Très vite identifié, puisqu'il avait le visage découvert sous son bonnet noir, il était recherché depuis deux jours. Son entraîneur l'aurait appelé pour lui conseiller de se rendre. C'est ce qu'il a fait ce lundi matin en se présentant dans les locaux de la police. Il a été placé en garde à vue. Il risque 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. L'entourage de Christophe Dettinger s'est chargé de poster une vidéo dans lequel le boxeur dit «avoir mal réagi».

    A Paris, 35 personnes ont été placées en garde à vue.

    Le syndicat de police Alliance a demandé dimanche 6 janvier la création d' « un fichier » de manifestants violents. Le gouvernement n'a pas dit pas non. Laurent Nunez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, a évoqué un possible durcissement de la législation pénale. 

    On demande de créer un fichier des individus violents dans les manifestations. Pour pouvoir faire quoi ? Pour pouvoir ensuite les interdire de manifestation. Et dès lors où ils ont été identifiés, où ils viennent dans une manifestation, c'est un délit...

    Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat de police Alliance 07/01/2019 Écouter

    Edouard Philippe, invité du journal de 20h de TF1 ce lundi, doit annoncer de nouvelles mesures «d'ordre public» après ces nouveaux débordements violents.

    Les manifestants plus nombreux que le week-end précédent, étaient près de 50 000 personnes à travers la France à s'être mobilisés, samedi 5 janvier.

    Le lendemain, les femmes ont souhaité prendre le relais et montré un visage plus pacifique du mouvement. Coiffées de bonnets phrygiens, elles ont marché à Paris, Saint-Etienne, Toulouse et Rennes, au cri de «Macron, t'es foutu, les gonzesses sont dans la rue». «Nous ne sommes pas des casseurs, ont insisté ces femmes, mais des mères, des grands mères, les filles, et les soeurs de tous les citoyens».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.