GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Arrestation en Allemagne d'un suspect bosnien des attentats à Paris du 13 novembre 2015 (police)
    • Canicule en France: interdiction du transport d'animaux pour «quelques jours» (ministère de l'Agriculture)
    • Kirghizstan: les députés lèvent l'immunité de l'ex-président Atambaïev, inculpé de corruption
    • France: Jean-François Ricard a été officiellement nommé à la tête du parquet national antiterroriste
    • Canicule en France: le mercure va encore grimper ce jeudi, journée la plus chaude; pollution à l'ozone et risques sanitaires à venir
    • Hôpitaux: plus de neuf Français sur dix soutiennent la grève aux urgences (sondage)
    • Commerce: Trump dénonce les taxes douanières «inacceptables» imposées par l'Inde
    • G20: le président chinois Xi Jinping est à Osaka pour participer à la réunion
    France

    Brouiller les téléphones portables en prison, pourquoi est-ce si difficile?

    media La prison de la Santé à Paris, qui a rouvert ses portes le 7 janvier 2019 après quatre ans de travaux, est équipée d’un nouveau système de brouillage anti-portables. (Photo prise en 2014) JOEL SAGET / AFP

    La prison de la Santé à Paris, qui a rouvert ses portes le 7 janvier 2019 après quatre ans de travaux, est équipée d’un nouveau système de brouillage pour portables. Mise en place à plusieurs reprises, cette technologie est souvent dépassée par les évolutions des téléphones.

    En 2017, un nouveau record a été battu dans les prisons françaises. Plus 40 000 téléphones portables et accessoires ont été saisis, selon la direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Un nombre en constante augmentation depuis 10 ans.

    Dans la lutte contre la prolifération des téléphones, la réouverture de la prison de la Santé à Paris, le 7 janvier 2019, a valeur de test. Il s’agit en effet du premier établissement pénitencier à être équipé d’un nouveau système de brouilleurs anti-portables. Déjà mise en place auparavant, cette technologie n’est pas dépourvue d’inconvénients.

    20 millions d’euros pour 2019

    Le ministre de la Justice Nicole Belloubet, dans une réponse à une question écrite d'un sénateur, avait précisé le 29 novembre 2018, qu’un budget de 19,9 millions d’euros était prévu en 2019 pour l’installation de nouveaux brouilleurs dans les établissements pénitentiaires. En 2018, ce budget s’élevait à 14,7 millions d’euros.

    Le ministère de la Justice précise que la mise en place de cette technologie concernera en priorité « les établissements ayant vocation à accueillir les détenus les plus dangereux (maisons centrales) et les établissements nouveaux ou qui rouvrent ». La prison de la Santé est ainsi le premier établissement à disposer de ces nouveaux brouilleurs. Deux autres établissements sont cités et doivent être prochainement équipés : la prison d’Osny, en Ile-de-France, et celle de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) où est incarcéré Redoine Faïd.

    Les anciens brouilleurs dépassés par les évolutions des téléphones

    Le sujet du brouillage des téléphones portables en prison n’en reste pas moins un sujet récurrent en France depuis plusieurs années. La loi autorise depuis 2002 l’installation de brouilleurs de portables en prison. Au 1er janvier 2018, 110 établissements pénitentiaires étaient équipés de 894 appareils de brouillage, soit 60% des prisons.

    Problème : les précédents dispositifs ont montré leurs limites techniques face aux évolutions des téléphones portables. Selon le ministère de la Justice, ce nouveau système de brouilleurs anti-portables est non seulement adapté à la 4G, mais également à la 5G à venir. Il devrait aussi être adapté à la spécificité de l’architecture en prison - murs en béton armé, grilles, barreaudages - qui limitait l’efficacité des anciens dispositifs.

    « Par le passé, ce sont des sommes similaires qui ont été englouties pour des dispositifs qui finalement ne brouillaient quasiment que la 2G [technologie de deuxième génération], donc il y avait toujours un temps de retard », explique Marie Crétenot, responsable du plaidoyer à l’Observatoire international des prisons.

    « Et cela masque la vraie question : pourquoi les personnes sont prêtes à introduire des téléphones portables en prison », souligne Marie Crétenot, précisant que « l’essentiel des téléphones portables servent à appeler la famille et les proches ». Les raisons :  les horaires imposés, le manque d’intimité, les coûts importants de l’appel depuis des fixes en prison. « Un téléphone portable sera toujours bien plus avantageux notamment pour des familles qui sont généralement dans des situations socio-économiques assez précaires », explique-t-elle.

    Les syndicats de justice favorables mais prudents

    Pour Nadia Labiod, représentante de l’UFAP-UNSa Justice à la prison de la Santé, cette technologie constitue une avancée dans la lutte contre la prolifération des portables en prison. « Le téléphone est utilisé comme mode de trafic, de pression. Comme il ne passera plus en prison, on va éradiquer ce problème », estime-t-elle. Seule réserve : que ces brouilleurs ne perturbent pas les communications entre les surveillants, ni celles des habitants qui résident à proximité des prisons en ville.

    Un avis partagé par Ambroise Koubi, secrétaire régional CGT pénitentiaire d'Ile-de-France : « Cela va limiter tous les trafics à l’intérieur des prisons et réduire les conflits », avance-t-il. « Mais on attend de voir ce que ça donne dans le long terme. On ne va pas applaudir tant qu’on ne voit pas les effets durant l’année. »

    En 2014, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, déclarait être favorable à ce que les détenus soient autorisés à posséder un portable, voyant là un « facteur considérable d'apaisement » de la détention. Un avis partagé par l'Observatoire international des prisons. Outre les brouilleurs, la prison de la Santé à Paris est désormais équipée de postes de téléphone fixe dans les cellules.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.