GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Mardi 19 Mars
Mercredi 20 Mars
Aujourd'hui
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Chantal Jouanno refuse de céder aux pressions

    media Chantal Jouanno juge «indignes» les appels à la démission lancés par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. JACQUES DEMARTHON / AFP

    Chantal Jouanno ne quittera pas son poste. La révélation de son salaire mensuel de 14 666 euros brut l'a contraint à se retirer de l'organisation du grand débat national voulu par Emmanuel Macron mais la présidente de la CNDP n'entend pas pour autant démissionner, malgré les pressions de l'exécutif.

    Le pouvoir veut sa peau, mais Chantal Jouanno refuse de céder aux pressions. Elle s'est déjà retirée de l'organisation du grand débat national, elle ne veut pas en plus quitter son poste de présidente de la Commission du débat national (CNDP). Ma démission « serait incompréhensible au lancement d'un grand débat », lance-t-elle ce vendredi dans les colonnes du Figaro.

    Chantal Jouanno tient tête et réplique aux attaques. Elle juge « indignes » les appels à la démission lancés par le porte-parole du gouvernement. Jeudi, Benjamin Griveaux avait invité la présidente du CNDP à « tirer les enseignements » de sa décision, qualifiée d'« incompréhensible », de s'exclure du grand débat national. C'est « une remise en question étonnante de l'indépendance de notre autorité », s'agace Chantal Jouanno dans Le Figaro, ciblant dans le même temps Edouard Phillipe. Le Premier ministre avait mercredi « regretté » son départ « parce que, dans le contexte que nous vivons, ceux qui servent et qui aiment l'État se sont astreints à une forme de mobilisation plutôt qu'à de l'éloignement ».

    Alors que le débat voulu par Emmanuel Macron pour sortir par le haut de la crise des « gilets jaunes » peine à s'organiser, le retrait de Chantal Jouanno complique grandement la tâche du gouvernement qui lui cherche depuis deux jours un ou plusieurs remplaçant(s) en urgence. Les détails pratiques de l'organisation du débat seront annoncés par le Premier ministre Edouard Philippe, lundi, soit... la veille du lancement de cette consultation qui aura lieu sur l'ensemble du territoire et qui est prévue pour durer deux mois. Pour l'occasion, Emmanuel Macron se rendra mardi à Bourgtheroulde dans l'Eure.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.