GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
Vendredi 22 Février
Aujourd'hui
Dimanche 24 Février
Lundi 25 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: une deuxième audition très attendue d'Alexandre Benalla au Sénat

    media Alexandre Benalla prêtant serment devant les sénateurs de la commission spéciale, le 19 septembre 2018, lors de sa première audition. REUTERS/Charles Platiau

    Alexandre Benalla est à nouveau convoqué devant la commission des Lois du Sénat lundi 21 janvier à 14h00. Après les auditions de Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, et des ministres de l’Intérieur, Christophe Castaner, et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui l’ont chargé, il va devoir s’expliquer sur l’utilisation des passeports diplomatiques qu’il avait conservés, contrairement à ce qu’il avait affirmé en septembre devant la même commission. Ce qui lui a valu d’être mis en examen vendredi pour « usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle ». Comment Alexandre Benalla va-t-il se défendre ?

    Alexandre Benalla avait déclaré en décembre dernier qu’il ne se tairait plus. Une menace à peine voilée de révéler des secrets si on continuait à l’embêter. Va-t-il aller plus loin devant les sénateurs et faire de nouvelles déclarations embarrassantes pour le chef de l’Etat, comme lorsqu’il a affirmé qu’il était encore en contact avec Emmanuel Macron, obligeant celui-ci à concéder qu’il avait répondu à deux de ses textos ? C’est tout l’enjeu de cette nouvelle audition.

    La semaine dernière devant les sénateurs, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, avait mis Alexandre Benalla en cause en affirmant qu’il le soupçonnait d’avoir falsifié des documents. Des déclarations qui montrent que désormais, du côté de la présidence, il n’est plus question de ménager Alexandre Benalla.

    La parade élyséenne semble être, comme l’ont indiqué dimanche les propos du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, de prendre acte de l’existence de dysfonctionnements qualifiés « d’insupportables et incompréhensibles pour les Français », mais d’en faire porter la principale responsabilité à Alexandre Benalla.

    Débusquer les dysfonctionnements, c’est l’angle d’attaque des sénateurs pour éviter d’interférer avec la justice. Mais pour eux, pas question de laisser de côté la responsabilité de l’Elysée.

    (Re) lire : Benalla mis en examen pour l'usage abusif de ses passeports diplomatiques

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.