GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Émeutes au Chili: couvre-feu décrété à Santiago pour la troisième nuit consécutive (officiel)
    • Israël: le président Rivlin va demander à Benny Gantz de former le gouvernement
    • Israël: Netanyahu annonce renoncer à former un gouvernement (page facebook)
    France

    Loi «anti-casseurs»: Castaner tente de déminer les mesures critiquées du texte

    media Des policiers anti-émeute au milieu des dégâts causés au restaurant La Belle Armée, lors d'une manifestation de «gilets jaunes» sur l'avenue des Champs-Elysées, à Paris, le 1er décembre 2018. Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

    La loi « anti-casseurs » promise par Edouard Philippe, le 7 janvier 2019, suite aux violences lors des manifestations des « gilets jaunes », arrive à l’Assemblée nationale. Elle a commencé à être examinée en commission des lois ce mardi 22 janvier, avant d’être débattue dans l’Hémicycle la semaine prochaine. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a été auditionné. Il a répondu aux questions des députés, notamment de ceux de la majorité.

    Les députés LREM sont nombreux à émettre des réserves sur cette proposition de loi qui reprend un texte du parti Les Républicains (LR) voté au Sénat, en octobre 2018.

    Devant la commission des lois, Christophe Castaner défend le texte soutenu par l’exécutif : « Ce texte, mesdames, messieurs les députés, n’est pas une loi de circonstance. C’est une loi de bon sens. Ce texte n’est pas une loi de répression, c’est une loi de protection ».

    « Le fait que ce soit l’administration qui prenne ce type de décision pose problème »

    Mais c’est justement le volet protection que certains Marcheurs jugent insuffisant. La députée Paula Forteza est contre les interdictions de manifester prononcées par le préfet de police. « Aujourd’hui, on peut déclarer une interdiction de manifester par la voie judiciaire où l'on a un juge indépendant, on a des procédures contradictoires, on a des voies de recours qui sont claires, qui sont spécifiques. Le fait que ce soit l’administration qui prenne ce type de décision pose problème ».

    Autre disposition qui suscite des critiques, la création d’un fichier regroupant les personnes interdites de manifestations. « Le fichier des personnes recherchées aujourd’hui comporte les décisions de justice, qui sont définitives, souligne le député Sacha Houlié. La question qui se pose est : est-ce qu’on y également les interdictions administratives qui seront prononcées ? De ce point de vue là, on dit, c’est possible mais ces fiches-là doivent disparaître dès lors que l’interdiction disparaît. On ne peut pas être fiché et entré dans le fichier pour ne jamais en sortir ».

    Amendements déposés par des Marcheurs

    Plusieurs Marcheurs ont déposé des amendements. S’ils ne sont pas acceptés, « nous ne voterons pas le texte », préviennent déjà certains. Le gouvernement va devoir faire des concessions, puisqu’il veut aller vite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.