GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: «Le seul échec de Carlos Ghosn a été la difficulté à préparer la relève»

    media Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse à Paris le 15 septembre 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

    Carlos Ghosn n'est plus le PDG de l'alliance entre Renault-Nissan-Mitsubishi, entre autres. Le conseil d'administration de la marque française est le dernier à le détrôner. Le groupe au losange aura mis plus de deux mois à lâcher son patron emblématique, qui avait pris la tête du groupe français en 2005. Quel bilan tirer des années Ghosn? Comment expliquer la chute de celui qui fut considéré comme  « le boss des boss » et qui est aujourd'hui en détention ? Philippe Riès est journaliste. Ancien directeur du bureau de l'AFP à Tokyo, il avait écrit une biographie de Carlos Ghosn et fut l'un des rares à l'avoir côtoyé longuement. Il analyse en plusieurs points l’affaire Ghosn.

    RFI : Carlos Ghosn n’est plus le PDG de Renault. Est-ce que cette fin spectaculaire vous a surpris ?

    Philippe Riès : Ce qui ne m’a pas du tout surpris, c’est la manière dont il est traité par le système judiciaire japonais. Mais la manière dont cette carrière brillantissime – parce qu’on ne peut pas la décrire autrement – se termine, ça oui. Indéniablement, c’est une surprise et je pense que c’est une surprise pour la planète entière.

    Peut-on parler d’acharnement judiciaire à l’encontre de Carlos Ghosn, incarcéré depuis plus de deux moins maintenant ?

    On peut parler, d’abord, de discrimination. Aucun patron japonais impliqué dans des malversations dont les conséquences ont été sans commune mesure – les airbag Takata, c’est une vingtaine de morts ; le truquage des chiffres chez Toshiba, ce sont des milliards de dollars ! –, aucun de ces chefs d’entreprise n’a été l’objet d’une telle attention de la part du bureau du procureur de Tokyo.

    Deuxièmement, c’est un traitement exorbitant au regard des droits de la défense. Des interrogatoires sans présence d’avocat qui peuvent durer huit heures par jour, sept jours sur sept. Une mise en garde à vue pratiquement indéfinie, puisque le procureur peut se permettre de maintenir la garde à vue. C’est un système que j’apparente au procès de Moscou.

    Quel bilan on peut tirer de l’action de Carlos Ghosn depuis 1999, depuis qu’il a redressé de manière spectaculaire Nissan ?

    C’est, à mon avis, sans aucun doute, le plus grand patron d’industrie des vingt premières années du XXIe siècle.

    Pourquoi le plus grand patron ?

    Parce qu’il a, à partir de deux entreprises - dont l’une, Renault était un petit constructeur français limité aux marchés européens, financièrement fragile, avec un actionnariat compliqué du fait de la présence de l’Etat et d’une autre entreprise ; tandis que Nissan était en faillite -, construit en vingt ans un ensemble qui était, en mai 2017, le premier constructeur automobile mondial.

    Alors c’est quoi, justement, l’alliance entre ces groupes industriels automobiles ?

    L’alliance, contrairement à ce que l’on dit toujours, ce n’est pas seulement Renault, Nissan et Mitsubishi. Ce sont neuf entreprises. Il y a AvtoVAZ, qui représente 40% du marché russe. Il y a la joint-venture avec Dongfeng, devenu un très important producteur automobile pour toute l’Asie du Sud-Est. Il y a aussi Dacia. C’est donc 500 000 personnes dans le monde. Il s'agit d'une réussite absolument exceptionnelle et d'un modèle de gestion qui a fait école.

    Est-ce que cette alliance n’est pas en train d’éclater actuellement en coulisses ?

    Elle est n’est absolument pas menacée. Elle n’est, tout simplement, pas dénouable ! Le niveau d’intégration des entreprises est devenu tel, aussi bien pour les achats, la recherche, les investissements, les sites industriels, qu’il est impossible de dénouer cette alliance. Renault peut faire fabriquer dans une usine Nissan et réciproquement. Renault peut s’appuyer sur la présence de Nissan en Chine pour s’y implanter. Donc, il n’y a pas de menaces sur l’alliance à court et moyen terme. Mais la menace pour l’alliance se situe beaucoup plus à long terme, compte tenu des conditions dans lesquelles Carlos Ghosn a été éliminé. Rétablir la confiance entre les équipes va être véritablement un tour de force. Je souhaite bien du plaisir à celui qui va prendre la succession de Carlos Ghosn.

    Selon vous, quels sont les échecs à mettre au passif de la gouvernance de Carlos Ghosn ?

    Un échec important de la gestion de Carlos Ghosn, c’est la difficulté à préparer la relève. Je ne veux pas dire qu’il n’a pas essayé. Il a cherché à faire monter des gens plus jeunes en brutalisant un peu le fameux système de promotion à l’ancienneté des entreprises japonaises. Et regardez, encore une fois, l’âge de l’état-major actuel de Nissan : ce sont des gens qui sont dans la maison depuis quarante ans ! Donc, qui ont participé à la vieille gestion de Nissan, qui avait conduit Nissan droit dans le mur et à la faillite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.