GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Acte XI des «gilets jaunes»: la mobilisation toujours au rendez-vous

    media Après avoir défilé dans les rues de Paris pour leur acte XI, des centaines de «gilets jaunes» se sont réunis sur la place de la République pour une «nuit jaune», samedi 26 janvier 2019. Alain JOCARD / AFP

    Des milliers de « gilets jaunes » ont défilé ce samedi 26 janvier partout en France pour leur acte XI. Des manifestations émaillées de violences dans plusieurs villes.

    Après les « gilets jaunes », place à la « nuit jaune ». Pour conclure leur acte XI, les « gilets jaunes » ont décidé de veiller une partie de la nuit dans plusieurs villes de France.

    A Paris, des centaines de manifestants se sont réunis place de la République en fin d'après-midi, avant d'être dispersés par les CRS peu avant 19h, rapporte notre reporter sur place, Franck Alexandre.

    Tout avait pourtant commencé dans le calme. Les « gilets jaunes » et en particulier le groupe d'Eric Drouet, l'un des plus déterminés du mouvement, avaient appelé à se rassembler sur cette place pour une première « nuit jaune », référence au mouvement « nuit debout » qui s'était tenu pendant plusieurs mois sur cette place.

    Mais les discussions tranquilles autour de sandwichs ont vite laissé place à un regain de tensions. Des « gilets jaunes » se sont rapprochés du cordon des forces de l'ordre. Un CRS a été touché par un jet de projectile avant d'être évacué. Les forces de l'ordre on répliqué avec au moins un tir de LBD 40, cette arme très décriée qui tire des balles de défense de 40 mm.

    S'en sont suivis des mouvements de foule, émaillée de slogans « Tout le monde déteste la police » ou « Macron démission ». Tous les accès à la place ont été bloqués. Deux canons à eau ont été positionnés et les manifestants dispersés.

    L'objectif de cette nuit - moi je viens en tant que pacifiste - je veux simplement prouver qu'on est toute la France, on est le peuple, on ne baissera pas les bras.

    Stéphane, «gilet jaune» 26/01/2019 - par Franck Alexandre Écouter

    69 000 manifestants en France, selon le ministère de l'Intérieur

    Dans son dernier bilan publié peu après 19h, le ministère de l'Intérieur fait état de 69 000 manifestants partout en France, dont 4 000 à Paris. En comparaison, les autorités avaient dénombré 84 000 manifestants lors des deux derniers samedis en fin de journée, en augmentation après la trêve de Noël et du Nouvel An mais sans retrouver le niveau de mobilisation de début décembre.

    Dans la capitale, deux figures historiques du mouvement aujourd'hui ennemies, Eric Drouet et Priscillia Ludosky, avaient initié des marches distinctes. Le premier a pris place dans un cortège parti du cours de Vincennes, la seconde a rallié le siège parisien de Facebook depuis le ministère des Outre-mer. Un troisième cortège est parti des Champs-Elysées. Dans ces cortèges, les revendications restaient cependant unanimes, la première d'entre elles réclamant un référendum d'initiative citoyenne (RIC).

    Quant à la liste « gilets jaunes » qu'Ingrid Levasseur souhaite former pour les élections européennes, les manifestants rencontrés à Paris y sont tous hostiles.

    REPORTAGE

    Les parlementaires n'ont pas de pouvoir, [...] les lobbies sont complètement surreprésentés. Il suffit de voir la réponse qui a été donnée à la crise financière de 2008.

    Rémy, «gilet jaune» rencontré à Paris 26/01/2019 - par Olivier Rogez Écouter

    Violences

    Quelques incidents ont émaillé les cortèges, notamment à Nantes, Dijon, Evreux, Montpellier ou encore à Paris, place de la Bastille, où une figure connue des « gilets jaunes », Jérôme Rodrigues, blessé à un oeil par un projectile alors qu'il se trouvait face à des forces de l'ordre, a été évacué par les pompiers du coeur de la place, puis hospitalisé.

    La préfecture de police a annoncé sur son compte Twitter avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    REPORTAGE
    Retour sur l'acte XI parisien des «gilets jaunes» 26/01/2019 - par Olivier Rogez Écouter

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.