GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: le Conseil d'Etat valide l'utilisation des lanceurs de balles de défense

    media Un policier utilise un LBD, le 12 janvier 2019, sur la place de la Bastille à Paris. Ludovic MARIN / AFP

    Ce vendredi 1er février, le Conseil d'Etat a rejeté les demandes de suspension de l'usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les prochaines manifestations de « gilets jaunes ». L'instance estime que le risque de violences rend « nécessaire de permettre aux forces de l'ordre de recourir à ces armes ». Les LBD seront donc déployés demain, samedi, par les forces de l'ordre lors de l'acte XII des « gilets jaunes ».

    La CGT et la Ligue des droits de l'homme avaient bien tenté, mercredi 30 janvier, lors d'une audience tenue en urgence devant le Conseil d'Etat de convaincre les juges administratifs d'interdire cette arme, selon eux « dangereuse », à l'origine de nombreuses blessures graves et utilisée plus de 9 000 fois depuis le début du mouvement de contestation sociale.

    Usage légal

    C'est un échec. Car, pour le conseil d'Etat, l'usage de ces armes à feu de force intermédiaire est légal en cas d'absolue nécessité. En outre, la plus haute juridiction administrative relève que le ministère de l'Intérieur a fixé un cadre stricte à son utilisation : ne jamais viser la tête, privilégier le torse.

    Si ces armes ont pu provoquer des blessures graves, les juges précisent que cela ne révèle pas d'une intention des autorités de ne pas respecter les strictes conditions d'usage.

    Recours nécessaire

    Le Conseil d'Etat relève enfin que les manifestations ont été fréquement l'occasion de violences volontaires, de voies de fait, de destructions. Des incidents qui pourraient se reproduire, ce qui rend nécessaire le recours à ces armes appropriés pour faire face à ce type de situation. Pour les juges, l'usage du LBD n'est donc pas une atteinte à la liberté de manifester. A la veille de l'acte XII des « gilets jaunes », la polémique n'est pas près de s'éteindre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.