GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    «Gilets jaunes»: les manifestants déterminés à poursuivre leur mouvement

    media Des «gilets jaunes» descendent les Champs-Elysées, le 16 février 2019. REUTERS/Benoit Tessier

    Des milliers de « gilets jaunes » ont manifesté samedi à Paris et dans plusieurs villes de France, trois mois après le début de ce mouvement de contestation qui persiste malgré un début de lassitude dans l'opinion publique. Ils étaient 41 500 manifestants en France à 19h, dont 5 000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur.

    A Paris, traditionnelle place forte de la contestation, une foule compacte de plusieurs milliers de personnes a rejoint l'esplanade des Invalides après avoir marché dans un calme relatif depuis l'avenue des Champs-Elysées. Malgré quelques épisodes de tensions, le cortège a déambulé dans la capitale sans incident majeur, aux cris de « Tout le monde déteste la police », « Macron démission », « Les impôts, ça suffit » ou encore des slogans réclamant l’instauration du fameux RIC, le référendum d’initiative citoyenne.

    A noter, également, la présence dans le cortège de plusieurs figures du mouvement comme Maxime Nicolle alias « Fly Rider » ou encore Jérôme Rodrigues.  Le ministère de l'Intérieur a dénombré 41 500 manifestants en France dont 5 000 à Paris, des chiffres en recul par rapport à la semaine précédente mais régulièrement contestés par les « gilets jaunes ».

    Après de brefs face-à-face avec les forces de l'ordre, les manifestants se sont éparpillés dans les rues alentours, certains rejoignant les Champs-Elysées en début de soirée. La mobilisation parisienne a connu un bref moment de tension quand le cortège a croisé la route du philosophe Alain Finkielkraut, insulté par des manifestants dans le quartier de Montparnasse.

    De la fatigue, pas de lassitude

    La contestation voit le large soutien populaire dont elle bénéficiait s'effriter : pour la première fois, une majorité de Français (56%) souhaitent que la mobilisation s'arrête, selon un sondage Elabe diffusé mercredi. Y a-t-il une lassitude à manifester pour les « gilets jaunes » ? De la fatigue, peut-être, mais pas de lassitude ont expliqué certains manifestants qui entendent maintenir la pression sur le gouvernement.

    « Pour moi, c’est vraiment un sacerdoce et non, pas de lassitude. Pour moi, sacerdoce c’est le mot, explique ce retraité. Et je suis, moi, pas dans les plus malheureux. Mais il est scandaleux que des gens vivent avec 1 200 euros en région parisienne aujourd’hui. De toutes façons, ils sont dans la misère. En province, alors là c’est presque pire. Il n’y a plus de service public. Et là aussi, pour moi, au contraire de ce que dit l’Etat, aujourd’hui, il peut y avoir plus de service public et les bas salaires, eux aussi peuvent être augmentés. L’argent, il y en a. C’est un combat et il faudrait que le gouvernement fasse des gestes rapidement. Je vous assure, il y a beaucoup de gens qui sont décidés de rester, de durer le temps qu’il faudra. »

    Kevin, 24 ans, ne veut pas entendre parler d’un essoufflement du mouvement. « Il faut que ça continue, je ne vais pas rentrer dans ce carcan à dire que, voilà, la manifestation doit s’arrêter ou quoi que ce soit, ou que le mouvement s’essouffle. Non. Les gens, je peux vous dire, dans le mouvement, sont très révoltés, […] Ils sont très motivés à aller jusqu’au bout. Jusqu’au bout, on peut en discuter, jusqu’au bout de quoi ? Mais il faut qu’il y ait des revendications, c’est les revendications d’abord qui doivent être légitimes. »

    Maxime Nicolle, très influent sur Facebook sous le pseudonyme de Fly Ryder, se dit confiant sur l’avenir du mouvement : « Il n’était pas censé durer plus d’un week-end, ça fait 14 semaines. Dans toutes les villes, il y a du monde. Là, vous avez vu les Champs-Elysées comment c’était ? Je pense qu’il n’y a pas besoin de se poser 36 000 questions. […] Le mouvement des "gilets jaunes", c’est un mouvement qui restera comme il est. C’est-à-dire, tant que le gouvernement n’aura pas décidé d’arrêter ce qu’il fait et de considérer l’humain plutôt que la finance, et bien ce mouvement restera comme ça. Pour l’instant, je ne vois pas en quoi on se structurerait puisqu’on ne sait même pas combien de temps ça va durer et on ne sait même pas ce qu’ils vont décider. Ce que je sais c’est que les gens sont déterminés. »

    « Mort aux riches » à Bordeaux

    D'autres villes ont connu des tensions plus marquées en fin de manifestation, notamment Bordeaux. Le cortège de plusieurs milliers de personnes a emprunté les rues des quartiers cossus où des tags proclamaient notamment « mort aux riches ». Au bout de l'itinéraire, des violences ont éclaté : la police a répondu à coup de canons à eau et de gaz lacrymogène à des jets de projectiles. La mobilisation a réuni 5 000 personnes dans la ville, selon une source policière.

    Au moins 2 000 manifestants s'étaient rassemblés dans le calme à Pontivy, point de ralliement de la région Bretagne, avec quelques échauffourées qui ont éclaté en fin de cortège. Plusieurs milliers de « gilets jaunes » manifestaient à Toulouse, l'un des bastions du mouvement. Des échauffourées ont éclaté dans l'après-midi. A Nantes, la manifestation qui a rassemblé 1 600 personnes, selon une source policière, a été émaillée d'incidents. A Lyon, où s'étaient rassemblés plusieurs milliers de manifestants, des « gilets jaunes » ont tenté de bloquer le trafic sur l'autoroute A7 à la sortie sud de la ville, provoquant des difficultés de circulation. D'autres manifestations rassemblant d'une centaine à un millier de personnes se sont tenues notamment à Lille, Caen, Grenoble, Strasbourg et Rennes.

    Heurts entre policiers et manifestants à proximité des Invalides, à Paris, samedi 16 février. REUTERS/Benoit Tessier

    Lire aussi : «Gilets jaunes»: Vécu, un média en réponse aux violences policières

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.