GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Assurance-chômage: Emmanuel Macron tacle les partenaires sociaux

    media Le président français Emmanuel Macron, le 11 février 2019 à Paris. Ian Langsdon/Pool via Reuters

    Emmanuel Macron ne mâche pas ses mots après l'échec des négociations sur la réforme de l'assurance-chômage. Syndicats et patronat ne sont pas parvenus à un compromis, et ont donc renvoyé le dossier sur le bureau du gouvernement. Jeudi 21 février, le chef de l'Etat a dit sans détour ce qu'il en pensait aux présidents de département qu'il recevait à l'Elysée.

    Les partenaires sociaux n'ont pas su saisir un privilège, a en somme expliqué Emmanuel Macron. Le président sous-entend que l'assurance chômage n'étant plus financée par les cotisations salariales mais par la CSG, les organisations syndicales n'ont plus autant de légitimité dans ce dialogue. Et il leur reproche vertement de se défausser sur l'Etat. « Chaque jour, dans le pays, corps intermédiaires, démocratie territoriale, démocratie sociale...laissez-nous faire. Et quand on donne la main. Mon bon Monsieur c'est dur... Reprenez-la, Reprenez-là », a-t-il ironisé sur BFM TV.

    Mais les partenaires sociaux ne s'en laisse pas compter. Sur Twitter, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, rejette la faute sur l'exécutif. « La démocratie sociale a souvent prouvé son efficacité lorsqu'elle n'est pas soumise à des lettres de cadrage impossibles, menant sciemment dans l'impasse », a-t-il commenté. Le gouvernement demandait des mesures pour décourager les entreprises de recourir aux contrats courts. Il exigeait aussi un minimum d'un milliard d'euros d'économies par an.

    Même colère du côté de Force ouvrière, le numéro un du syndicat Yves Veyrier conteste le fait qu'il y ait eu une vraie négociation sociale comme le soutient Emmanuel Macron et de s'appuyer sur l'Organisation internationale du travail (OIT) :  une négociation collective revêt un « caractère libre et volontaire »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.