GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Européennes: malgré les mauvais sondages, Laurent Wauquiez reste confiant

    media Le président du parti Les Républicains (LR) et de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, le 14 janvier 2019 à Lyon (photo d'illustration). ROMAIN LAFABREGUE / AFP

    A trois mois des Européennes, le duel se confirme entre les camps d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. Selon un sondage Ipsos publié lundi 25 février, La République en Marche arriverait en tête avec 23% des voix, devant le Rassemblement national (ex-FN) qui recueillerait, lui, 19,5% des voix. Les Républicains, eux, seraient loin derrière. Ce qui n’effraie pas leur patron, Laurent Wauquiez.

    En déplacement au Salon de l'agriculture lundi 25 février, Laurent Wauquiez a fustigé l'absence d'actions du gouvernement en matière de politique agricole. Il a également commenté les derniers sondages en vue des élections européennes de ce printemps.

    Et si ceux-ci ont beau placer la liste LR loin derrière le duo de tête à trois mois du scrutin, Laurent Wauquiez garde le sourire, car l'un d'eux, publié en début de semaine, est un peu meilleur que d’habitude : « Il y a trois semaines, on était à 8 %. On a un sondage qui nous donne à 12 %. Méfiez-vous, les Français n’aiment pas, en matière politique, les scénarios écrits d’avance. On va déjouer les pronostics. J’en suis convaincu. »

    « Tous comptables »

    Une bonne nouvelle, c’est vrai, mais qui arrive après des dizaines de sondages apocalyptiques pour le parti de droite. Laurent Wauquiez le sait, à 10 semaines du premier gros test électoral du quinquennat, il lui faut répondre à ceux, y compris dans son cercle rapproché, qui commencent à émettre des doutes : « Ce que je leur dis, c’est qu’on sera tous comptables. Ce que je leur dis, c’est qu’on a tous un devoir qui est de porter ensemble un nouvel espoir pour la droite et le centre dans notre pays, et que ce n’est pas un petit jeu de patate chaude. Il faut que tout le monde se mette au bon niveau. Le bon niveau, c’est faire en sorte que, dans notre démocratie, il y ait un nouvel espace pour le choix. C’est pour cela qu’on doit se battre ensemble. »

    Une manière de couper l’herbe sous le pied de ceux qui voudraient le voir quitter la tête du parti en cas de score sous la barre des 10 %.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.