GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
Aujourd'hui
Samedi 27 Avril
Dimanche 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kim a invité Poutine en Corée du Nord, invitation «acceptée» (agence nord-coréenne KCNA)
    • Kim estime que la paix dans la péninsule coréenne dépend des USA (agence nord-coréenne KCNA)
    • Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de «mauvaise foi» lors du sommet de Hanoi (agence nord-coréenne KCNA)
    • Le Chinois Xi Jinping prochainement à la Maison blanche (Donald Trump)
    France

    L’Académie française adopte la féminisation des noms de métiers

    media Jeudi, les quarante «Immortels» ont adopté à une large majorité un rapport favorable à la féminisation des noms de métiers. RFI/Pierre René-Worms

    L'Académie française a adopté ce jeudi 28 février à « une large majorité » un rapport sur la féminisation des noms de métiers soulignant qu'il n'existait « aucun obstacle de principe à la féminisation » des noms de métiers et de professions. Le texte adopté par les académiciens explique que celle-ci relève « d'une évolution naturelle de la langue, constamment observée depuis le Moyen Age ».

    Comme chacun sait, l'Academie française est la gardienne sourcilleuse du bon usage de la langue française. Selon elle, toutes les évolutions valorisant la place des femmes dans la société sont à envisager, c'est donc vrai pour les noms de métiers.

    La vieille institution ne compte pas pour autant dresser une liste exhaustive des noms de métiers et leur féminisation, pas plus que des règles strictes. Elle sait que c'est la vitalité de la langue qui tranchera.

    L'Academie française retient donc dans son rapport des mots jusqu’à présent tabous comme « professeure ». Elle tient à préciser que l’emploi de ces formes en « eure » qui fait débat ne constitue pas une menace pour la structure de la langue à condition toutefois que le « e » muet final ne soit pas prononcé.  Dans cet élan, l’Académie accepte également « auteure », « autrice » et « écrivaine ».

    La féminisation des noms de métier est une mesure déjà en vigueur depuis une quarantaine d’années dans nombre de pays francophones comme la Belgique, la Suisse ou la province canadienne du Québec.

    (Re) lire : France: l’Académie française publie son dictionnaire sur internet

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.