GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: bataille rangée entre Ford et l'Etat autour du site de Blanquefort

    media Le site Ford de Blanquefort, en région Nouvelle-Aquitaine, dans le sud-ouest de la France. GEORGES GOBET / AFP

    Le site Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, est au cœur d'une bataille entre le constructeur américain et l'Etat français. Le groupe automobile va fermer l'usine et a refusé, en décembre dernier, une offre de reprise, suscitant la colère de Paris. Ce samedi 2 mars, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, a expliqué sur Europe 1 que la France pouvait « pousser Ford » à investir « plusieurs millions d'euros ».

    Le bras de fer entre l'Etat français et Ford n'est pas terminé. Ces derniers jours, après la confirmation par le constructeur automobile américain du rejet d'une offre de reprise pour son site de Blanquefort, en Gironde, les dirigeants français ont multiplié les déclarations hostiles, et même les menaces.

    L'Etat français veut faire payer Ford. Le président Emmanuel Macron a déjà indiqué vouloir « forcer l'entreprise à revitaliser le site ». Le ministre de l'Economie, Bruno le Maire, a également affirmé cette semaine qu'il ne baisserait « jamais les bras » et que Ford devait « payer ».

    Sa secrétaire d'Etat, Agnès Pannier-Runacher, a pris le relais ce samedi sur Europe 1 : « On peut utiliser des leviers juridiques, on peut utiliser leur levier réputationnel, parce que malgré tout, ils ne sont pas très à l'aide avec cette histoire. Et donc oui, on est en capacité de les pousser à mettre plusieurs millions, peut-être même plusieurs dizaines, pour accompagner la reconversion du site. »

    Aucun détail sur les leviers juridiques évoqués par la ministre, mais des négociations entre l'Etat français et le constructeur sont toujours en cours. Quelque 850 personnes sont employées sur le site, que Ford compte fermer définitivement dans six mois, après avoir jugée l'offre de reprise « risquée ».

    Certains syndicats, comme la Confédération générale du travail (CGT), souhaiteraient que l'Etat nationalise le site, au moins temporairement, afin de mettre en place une véritable stratégie industrielle sur place. Piste envisagée un temps, puis finalement rejetée par le gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.