GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Rungis, le plus grand marché de gros au monde a 50 ans

    media Vue sur le marché depuis la Tour du marché international à Rungis. © RFI/Clémence Denavit

    Le marché de Rungis est un marché plus plus plus : plus grand, plus important, plus gros, y compris dans son architecture. Rungis est une ville dans la ville. Le marché s’étend sur 234 hectares, concentre 1 200 entreprises de gros, 12 500 salariés. Un marché hors norme né du ventre du Paris il y a 50 ans, installé depuis dans la banlieue sud de la capitale, à Rungis. Le plus grand marché de gros du monde voit transiter plus de 9 500 tonnes de produits frais par jour pour 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    Le titre est en Une de la presse au moment du déménagement du marché des Halles centrales vers Rungis. La commune, située dans le Val-de-Marne, au sud de Paris, est alors entourée de champs et de terrains agricoles. Les Halles au cœur de la capitale sont situées dans le pavillon Baltard, construit à la demande de Napoléon III au XIXe siècle. La décision de construire un autre marché et d’y transférer les grossistes des Halles est politique, largement motivée par le manque d’hygiène et l’encombrement du centre de Paris.

    Fin février 1969, le premier marché à fermer est celui des fleurs. Suivis des grossistes en produits de la mer, les fruits, les légumes et enfin les produits laitiers soit 1 000 entreprises, 20 000 personnes, 1 500 camions… Une escorte militaire est prévue pour l’occasion, elle ne sera finalement pas nécessaire. Le pavillon des viandes, des produits carnés rejoindra Rungis quatre ans plus tard, en janvier 1973.

    « Quand on sort de Rungis, on est perdus »

    D’Agostino a connu les Halles centrales, le déménagement. La cave de Rungis c’est lui. Enfin, avant sa retraite. Il est présent tous les matins et se souvient : « La viande, le fromage, la volaille étaient à l’abri sous les halles du Baltard, dans le grand bâtiment, tandis que nous aux fruits et légumes, nous étions en plein air, sur le carreau, il fallait bâcher quand il pleuvait, il fallait une pile électrique, une lampe torche pour voir la marchandise et puis évidemment il n’y avait pas tous ces accessoires de manutention que nous avons aujourd’hui ! C’était difficile de circuler, il y avait les trottoirs, les gens et je dis toujours que lorsque nous sommes arrivés ici à Rungis, on sortait de chez " Zola " pour venir au XXe siècle. C’était tellement moderne !

    Et l’ambiance ? Ce n’est plus du tout la même vie. Avant les fruits et légumes, c'était l’après-midi, beaucoup étaient des gens de marché donc on leur laissait le temps de remballer et de faire leurs achats. Mais à Rungis, comme à l’époque, il n’y avait pas d’autoroute, que le périphérique n’était pas terminé, tout le monde rentrait à la même heure, c’était un bazar indescriptible. Après, il y a eu les 35 heures, alors automatiquement, les fruits terminent à 9h et les commerçants ne restent pas pour se restaurer… Mais il reste une convivialité ! Les gens, ici, même dans le froid de la nuit, se disent bonjour se parlent ! Quand on sort de Rungis on est perdus, nous, parce que les gens ne se parlent pas. Ici, les gens aiment bien les gens ».

    Malgré l'heure avancée de la nuit, ou reculée du matin (c'est selon), la bonne humeur prime sur les visages des commerçants. RFI/Clémence Denavit

    « A Rungis, le soleil c’est nous qui le portons en nous »

    A Rungis, la journée commence en pleine nuit, à La Marée, le pavillon de la pêche. Immense bâtiment surmonté d’un insigne lumineux, A4, comme la voile d’un bateau. Difficile de le rater, et c’est avec une certaine fierté que les visiteurs passent la porte de ce pavillon emblématique. La Marée est réservée aux lève-tôt, elle ouvre à minuit et les derniers échanges s’opèrent autour de 5h du matin. « C’est un marché, on y négocie et marchande les prix, les produits. La gouaille n’a pas quitté les allées. Les clients, eux, un peu plus, explique Philippe Poulain. Internet a changé la donne, les téléphones portables aussi, et les clients qui commandent sans voir ne font plus exception ».

    Du côté des pavillons des produits carnés, les scies et les couteaux débitent de lourdes carcasses, et déshabillent des têtes des veaux. Des scènes impressionnantes, de quoi faire tourner de l’œil les âmes les plus sensibles, l’atmosphère tranche. Concentrés, calmes, attentifs et précis, les coupeurs racontent un peu de leur vie la nuit, de la liberté que cette vie-là leur offre et des répercussions sur la vie familiale.

    A Rungis, on vient aussi un peu par hasard, parce qu’on a un père déjà sur le marché, on connait le frère d’un ami. On se cherche, on vient se trouver. « Attention ! Voyez la feuille ( large hachoir de boucher ) je la lâche, je vous coupe le pied ! » Le sourire fend le visage de Patrick, amusé dans son grand manteau blanc à capuche tâché du sang des bêtes qu’il découpe. A deux pas, la volaille, blouse blanche de rigueur, comme le gibier et le foie gras au moment des fêtes. A Noël : si vous voyiez le pavillon au moment des fêtes de fin d’année !

    Guelia Pevzner/RFI

    « On va chercher le meilleur prix donc on va chercher le prix au cœur du client »

    « A Rungis, le fournisseur est roi. Quand on vend à la commission, on vend à l’instinct. On ne fait pas qu’additionner un produit plus une marge, on va chercher le meilleur prix donc on va chercher le prix au cœur du client ! On fouille le client pour savoir s’il est capable de payer ou pas, c’est un savoir-faire, intuitif inné... je ne sais pas, on va chercher des ressources psychologiques pas mathématiques. On va chercher le bon prix et tous les matins c’est un défi : j’ai acheté de la marchandise, je me suis engagé auprès de mon fournisseur, il faut vendre la marchandise et développer cela. C’est un savoir-faire », affirme Gino Catena, grossiste en volaille, foie gras et gibiers, directeur général du groupe Avigros.

    Les fruits, les légumes

    Le marché de Rungis s’étend sur plus de 200 hectares et les fruits et légumes sont les produits les plus demandés, les plus échangés. Les stars, en somme, en format XXL. Sept halles leur sont consacrées. En 2016, 70 % des arrivages de produits frais étaient des fruits et des légumes, soit plus de 1,2 million de pommes, poires, carottes, navets et autres pêches, fraises ou poireaux contre quelque 269 000 poulets ou veaux. Les maraîchers sont les plus importants ; comme dans l’assiette, il y a généralement plus de légumes que de viande ou de poissons. Les saisons continuent de donner le ton, les saveurs, les couleurs, dans le grand brouhaha et la virevolte des grossistes, des acheteurs des curieux, des gourmands ; du marché en somme ! N’oublions pas les fleurs, les plantes en pots, les premières à avoir déménagé sont bien à Rungis.

    Vue intérieur du pavillon des fruits et légumes au marché de Rungis. RFI/Clémence Denavit

    Incontournable Rungis

    Incontournable pour les professionnels des métiers de la bouche et de l’alimentation. Le marché est aussi un lieu de formation des cuisiniers, des grossistes des vendeurs. C’est le lieu où l’on apprend comment acheter, où se trouve tel ou tel pavillon (Rungis est une ville où l’on peut facilement se perdre), quel jour venir pour voir comment la marchandise est traitée, stockée, conservée, débitée. Un lieu d’apprentissage grandeur nature des produits. L’occasion aussi d’apprendre à marchander ! Le marché de Rungis accueille plusieurs types de formations. (Le CFA de la poissonnerie propose des contrats d’apprentissage et des Bac Pro poissonnier, écailler, traiteur). Des formations également dans l’agroalimentaire, de l’hôtellerie-restauration ou encore dans la logistique. Et puis, il y a un avant de goût de la vie dans les métiers du secteur. Bien fournie, intense, difficile aussi en raison des horaires décalés (le marché physique se déroule de minuit à midi) solidaire et passionnée.

    « Ce métier pour le faire et pour le vivre pleinement, pour être dynamique, il faut de la passion. C’est des défis tous les matins, c’est une volonté d’avancer, c’est une volonté de séduire, c’est la volonté d’aller chercher plein de choses au fond de soi-même. La nuit, il fait nuit, le soleil c’est nous. On brille de l’intérieur. On dégage beaucoup d’énergie. C’est un savoir-faire. En fait, on se vend tous les matins, et c’est fatigant de se vendre tous les matins. Donc, ce métier de passion on ne peut pas le faire si l'on reste cantonné à certaines tâches et si l’on quantifie tout ce que l’on fait. La passion se vit au quotidien, elle peut se vivre le week-end en allant voir des fournisseurs chercher leurs volailles, voir l’énergie qu’ils y mettent également. La passion ne se quantifie pas, et la passion ce n’est pas sept heures par jour », dit Gino Catena, grossiste en volaille, foie gras et gibiers.

    Des framboises et des myrtilles. RFI/Clémence Denavit

    Rungis solidaire et plus vert

    Le marché de Rungis a créé en son sein le Potager de Marianne, issu du réseau national ANDES (Association nationale de développement des épiceries solidaires). L’association collecte sur le marché auprès des grossistes, les fruits et légumes invendus, mais bons à manger. Ces produits sont triés puis redistribués aux épiceries solidaires d’Ile-de-France, auxRestos du cœur ou encore à la Banque alimentaire.

    Dans le même temps, Rungis valorise ses déchets ainsi que ceux de 10 communes voisines grâce au centre de tri. Les déchets non recyclables sont brûlés dans l’usine d’incinération du marché. Les volumes concernés sont évidemment très importants. Emballages cartons, cagettes, déchets verts, tout est traité et la chaleur produite permet de chauffer le marché et les zones environnantes l’hiver. Les déchets verts sont eux transformés en compost. Dans le même esprit, le marché recycle et limite le gaspillage.

    Rungis est un modèle éprouvé, et, pour la Semmaris, la société qui gère le Marché, le développement de ce concept (marché de gros sous licence) à l’international est vecteur de croissance. Le concept inclut, selon la Semmaris, « L’étude de faisabilité, la conception du projet, l’assistance à la réalisation et l’exploitation avec licence de marques et logiciels ». Des projets seraient en cours au Kazakhstan, au Vietnam, en Russie et en discussion au Bénin.

    (ré) écouter : Le plus grand marché du monde, Rungis a 50 ans !

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.