GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la «taxe GAFA» présentée mercredi au Parlement

    media Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, le 4 février 2019 à Stockholm, en Suède. Naina Helen Jama/TT News Agency/via REUTERS

    La taxe sur les géants du numérique, dite « taxe GAFA », sera présentée mercredi 6 mars 2019 devant l'Assemblée nationale française. Devant les difficultés de mise en œuvre sur le plan européen, Paris se veut volontariste et prend l'initiative, comme le rappelle dans une longue interview au journal Le Parisien le ministre de l'Economie, ce dimanche 3 mars. Bruno Le maire y fait la promotion de son projet de loi, très attendu mais également, tel qu'il est conçu, très décrié.

    La taxe sur les géants du numérique concernera Google, Amazon, Facebook et Apple, c'est-à-dire les GAFA, mais également toutes les entreprises dont les activités numériques génèrent plus de 750 millions d'euros, et qui ont un chiffre d'affaires en France supérieur à 25 millions d'euros.

    Au total, c'est donc une trentaine d'entreprises internationales qui seront taxées à hauteur de 3% sur leur chiffre d'affaires numérique déclaré en France. Cette initiative fait de l'Hexagone un pionnier.

    Harmoniser les politiques fiscales

    L'Union européenne, face notamment aux réticences de pays comme l'Allemagne, peine à se doter d'une telle loi. Bruno Le Maire rappelle que six pays européens sont cependant prêts à mettre en place un dispositif similaire ou y réfléchissent.

    L'idée, c'est à terme de trouver un accord permettant d'harmoniser les politiques fiscales de tous les pays riches rassemblés au sein de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

    Mais ce projet, quoi que volontariste, relève aussi beaucoup de l'affichage, de « l'enfumage », dit même l'association Attac, qui milite de longue date pour l'instauration d'une telle taxe. Les entreprises concernées seront en effet taxées sur la base du chiffre d'affaires qu'elles déclarent.

    Or, leurs pratiques d'évasion ou d'optimisation fiscale sont connues. Les deux filiales d’Apple en France déclareraient ainsi, selon Attac, un chiffre d’affaires inférieur à 800 millions d’euros, contre un chiffre réel estimé à au moins 4 milliards.

    « Le problème, explique Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac, sur le site de l'association, c’est que les GAFA déclarent leurs revenus dans des pays où elles échappent à l’impôt, comme l’Irlande ou les Pays-Bas ». « Taxer leurs revenus en France est donc une fausse solution au problème », conclut-il.

    La partie émergée de l'iceberg

    Depuis plusieurs années, Attac mène des actions pour dénoncer l’impunité fiscale dont jouissent des multinationales comme Apple. « Les multinationales doivent payer leur juste part d’impôts dans les pays où elles exercent leurs activités. Or on a vraiment l’impression qu’une fois encore, en ce qui concerne la question fiscale, le gouvernement brasse de l’air » commente Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac.

    L'association plaide donc pour une taxe qui concernerait l’entreprise dans son ensemble, et non ce que certaines filiales peuvent déclarer isolément. Les quelque 500 millions d'euros que le gouvernement français compte récupérer avec sa nouvelle taxe GAFA apparaissent dès lors bien dérisoires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.