GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    19 organisations font 66 propositions pour un «pacte social et écologique»

    media La jeunesse mobilisée pour le climat devant le ministère de la Transition économique et solidaire, le 15 février 2019. JACQUES DEMARTHON / AFP

    « Pour donner à chacun le pouvoir de vivre », c’est le nom donné aux 66 propositions présentées ce mardi 5 mars par 19 organisations –associations, syndicats, mutuelles- au siège de la CFDT, à Paris. Car c’est Laurent Berger, secrétaire général de ce syndicat, qui est à l’initiative de ce qui est présenté comme un « pacte écologique et social », qui sera versé aux contributions du Grand débat national organisé par les autorités en réponse à la crise des gilets jaunes.

    L’idée de ces 19 organisations est de participer à la réflexion qui est menée dans le cadre du grand débat national organisé par les autorités en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Ces organisations environnementales, de solidarité et d'éducation, mutuelles et syndicats estiment qu’elles ont été jusqu’ici « insuffisamment écoutées », et donc elles proposent aujourd’hui leur projet de société, avec comme ligne de fond le lien entre enjeux sociaux et écologiques, jugés indissociables.

    Ces 66 propositions sont divisées en quatre parties. Certaines sont très concrètes, d’autres ressemblent plus à des objectifs de long terme. La première partie concerne l’accès aux droits, la mixité sociale, tout ce qui vise à « refaire société » en faisant « reculer le poids de l’appartenance sociale sur la réussite scolaire » par exemple, ou en généralisant les maisons de service au public, avec un accueil humain, sur tout le territoire.

    Justice sociale et transition écologique

    La deuxième partie est consacrée à la justice sociale, au partage des richesses et à la construction d’une nouvelle économie responsable. Comment ? En adossant la rémunération variable des dirigeants à la performance sociale et environnementale de leur entreprise ; en conditionnant les aides publiques aux entreprises pour les rendre solidaires de leur territoire ou encore en augmentant les moyens pour lutter contre l’évasion et l’optimisation fiscale.

    Le troisième volet de ces propositions est consacré à la transition écologique, avec plusieurs propositions qui rappellent les engagements déjà pris dans l’accord de Paris au président Macron, « champion du climat » selon les Nations unies. Des engagements qui sont loin des politiques mises en œuvre sur la fin de vente des véhicules essence et diesel neufs par exemple, ou sur la trajectoire de la taxe carbone. Les 19 organisations demandent aussi à l’Etat de se réengager dans le maillage ferroviaire de la France, pour lutter dans le même temps contre le dérèglement climatique et contre les fractures territoriales.

    Enfin dernier chapitre : le partage du pouvoir et le processus démocratique, avec des propositions visant à accroître le pouvoir d’expression des plus défavorisés ou de mieux prendre en compte le travail des associations et des syndicats.

    Un observatoire du « pouvoir de vivre »

    Ces propositions seront présentées lors des quatre conférences nationales qui auront lieu la semaine prochaine, dans le cadre du grand débat, sous l’égide du gouvernement. Les 19 organisations qui portent ces propositions s’adressent évidemment au gouvernement, mais pas seulement : les employeurs, les élus territoriaux, les autres associations, les citoyens... en somme chacun est invité à s’en saisir à son niveau de décision.

    Ce « pacte » prévoit également la création d’un « Observatoire du pouvoir de vivre » d’ici l’été, pour s’engager dans la durée. Il devra élaborer des indicateurs pour évaluer l’impact des politiques publiques sur les 10% les plus pauvres de la population, et à l’aune des objectifs de développement durable.

    C’est une contribution à un autre modèle de développement, qui soit à hauteur de femmes et d’hommes, qui règle leurs préoccupations concrètes, mais aussi un projet de développement qui fait de la transition écologique le compagnon de route du progrès social.

    Laurent Berger

    secrétaire général de la CFDT

    05/03/2019 - par David Baché Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.