GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Alpinisme: trois nouveaux morts sur l'Everest, sept au total pour la saison (organisateurs d'expéditions)
    France

    Syrie: deux grand-mères se battent pour le rapatriement de leurs petits-enfants

    media Un drapeau de l'organisation Etat islamique sur la route de la base militaire d'al-Al-Fatiha, au sud d'Hawija en Irak, le 2 octobre 2017 (image d'illustration). REUTERS/Stringer

    Deux grands mère françaises se battent pour que leurs petits enfants, nés au sein de l'organisation de l'Etat islamique, soit ramenés en France. Leurs deux petits-enfants sont orphelins, leurs parents respectifs, des jihadistes français, sont morts. Pour obtenir le transfert de leurs petits-enfants vers la France, les deux grands-mères ont décidé de prendre le conseil d'une avocate, maître Samia Maktouf. Elle va formuler un recours devant le tribunal administratif contre l'Etat, pour « non-assistance ».

    Maître Samia Maktouf est catégorique. Pour elle, la France a une obligation juridique à ramener ces deux enfants sur son territoire. « Notre pays qui se flatte de respecter les droits de l’homme se doit de rapatrier ces enfants qui sont aujourd’hui menacés de mort compte tenu des circonstances dans lesquelles ils sont obligés de survivre », lance l’avocate.

    Aujourd’hui, la fillette de cinq ans et le garçonnet de deux ans vivent dans un camp de déplacés contrôlé par les Kurdes. Mais demain, en fonction de l'évolution du conflit, on pourrait perdre leur trace. Pour Samia Maktouf, d'un point de vue moral cela est inacceptable.

    « Leur place est dans leur pays »

    « Aujourd’hui nous avons à faire à des enfants qui n’ont pas choisi leurs parents, qui n’ont pas choisi de naître sur le sol du califat, qui sont à l’abandon, qui ont une famille en France et ils sont innocents de tout acte que les parents auraient commis », explique-t-elle.

    Leurs deux grands-mères, désespérées, s'en remettent désormais à la justice. « Ces deux grands-mères espèrent que la justice leur donnera raison pour essayer de sauver ces enfants, raconte maître Maktoub. Leur place est dans leur pays, c’est-à-dire la France ». L'avocate devrait donc déposer le recours contre l'Etat français au tribunal administratif dans les jours qui viennent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.