GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Mars
Vendredi 15 Mars
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Aujourd'hui
Mardi 19 Mars
Mercredi 20 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali en détention à Marseille (source judiciaire)
    • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali inculpé en France pour faux et blanchiment (source judiciaire)
    • «Gilets jaunes»: Didier Lallement remplace le préfet de police de Paris Michel Delpuech (Edouard Philippe)
    • France: «Des consignes inappropriées» ont été passées pour l'usage des LBD samedi (Edouard Philippe)
    • GB: le gouvernement ne peut pas représenter au vote l'accord de Brexit inchangé (président des Communes)
    • Cyclone au Mozambique: le bilan «pourrait dépasser le millier de morts» selon le président Nyusi
    • Russie: Vladimir Poutine promulgue 2 lois, l'une contre les «fausses nouvelles» et l'autre punissant les «offenses aux symboles de l'Etat»
    • EasyJet annonce se retirer des discussions sur la reprise d'Alitalia
    • Pays-Bas: trois morts et neuf blessés durant les fusillades à Utrecht (maire)
    • Un homme originaire de Turquie recherché après les fusillades d'Utrecht (police néerlandaise)
    • Syrie: l'armée «libèrera» les zones kurdes par la «force» ou par des «accords» (ministre)
    • «Gilets jaunes»: le coût des dégâts liés aux manifestations estimés à 170 millions d'euros par la fédération française de l'assurance (FFA)
    • En France, le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure de 15 ans
    France

    La justice maintient les deux mises en examen de Tariq Ramadan pour viol

    media Tariq Ramadan. SIA KAMBOU / AFP/ AFP

    La Cour d'appel de Paris a rejeté jeudi 14 mars la demande de levée des deux mises en examen pour viol réclamée par l'islamologue suisse Tariq Ramadan.

    Après un an de rebondissements, l’enquête pour viols contre Tariq Ramadan se poursuit et le célèbre islamologue, libéré mi-novembre, reste mis en examen. Ce dernier demandait de voir levées ses deux inculpations sans attendre la fin des investigations. Il s’est vu imposer un refus des juges de la chambre de l’instruction, à la grande satisfaction des avocats des plaignantes.

    « C’est une décision importante qu’a rendue aujourd’hui la Cour d’appel de Paris, s'est ainsi réjoui Eric Morain, avocat de Christelle [pseudonyme de l'une des plaignantes]. C’est la première fois que les juges d’appel devaient se prononcer sur le fond du dossier, pour apprécier les éléments à charge et à décharge concernant monsieur Tariq Ramadan. La Cour d’appel a rendu une décision essentielle aujourd’hui en confirmant le fait que monsieur Tariq Ramadan restait bien mis en examen des deux viols pour lesquels il avait été mis en examen par les juges d’instruction. Face aux mensonges et aux dénégations de monsieur Tariq Ramadan, la parole des victimes, la parole des plaignantes, a pesé plus lourd. Et je peux vous dire que c’est une bonne nouvelle que la parole des femmes, en 2019, pèse plus lourd que ses mensonges qui étaient considérables. Monsieur Ramadan a menti tout au long de cette instruction, qui n’est pas terminée. Sa défense a bluffé et le dossier a parlé. Aujourd’hui, l’instruction continue et c’est une très, très grande satisfaction. »

    La chambre de l'instruction a donc confirmé la décision des trois juges chargés de l'enquête qui avaient considéré l'été dernier cette requête « prématurée ».

    L'intellectuel musulman, 56 ans, est mis en examen depuis le 2 février 2018 pour deux viols, dont un sur personne vulnérable, des accusations qu'il conteste fermement. Au début de cette affaire retentissante, Tariq Ramadan niait tout rapport sexuel avec les deux plaignantes : Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante laïque, qui dénonce un viol au printemps 2012, et une femme surnommée dans les médias Christelle, qui a rapporté des faits similaires commis à Lyon le 9 octobre 2009.

    Mais contraint par l'enquête à changer de version, l'islamologue plaide désormais des relations de domination « consenties ». « La décision de la Cour d'appel, dont on ne connaît pas encore la motivation, n'efface pas les mensonges démontrés des parties civiles, puisque les investigations ont démontré que les relations qu'elles ont eues avec M. Ramadan étaient voulues et pleinement consenties », a pour sa part réagi auprès l'AFP Me Emmanuel Marsigny, avocat de la défense.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.