GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «Gilets jaunes»: tous les regards sont tournés vers Castaner

    media Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner (d), aux côtés du président Macron, en réunion de crise, le soir de la manifestation émaillée de violences sur les Champs-Elysées, le 16 mars. Christophe Petit Tesson/Pool via REUTERS

    Nouvelle conséquence des violentes manifestations des « gilets jaunes » samedi à Paris : après le limogeage du préfet de police de Paris, hier, le patron de la sécurité publique de Paris a été démis de ses fonctions ce mardi 19 mars. Du côté du gouvernement, pas de démission, mais le ministre de l'Intérieur et celui de l'Economie et des Finances étaient entendus cet après-midi devant deux commissions sénatoriales. Les critiques sont nombreuses envers la gestion de l'exécutif de ces évènements, pour certains députés de l'opposition, c'est surtout  le ministre de l'Intérieur, qui devrait partir.

    A l'Assemblée nationale, les partis d'opposition réclament à l'unisson la création d'une commission d'enquête et l'audition de Christophe Castaner, ces jours-ci, pas la semaine prochaine comme c'est prévu, insiste le socialiste Boris Vallaud :

    « Est-il normal parce que c’est une majorité qui est proche évidemment de l’exécutif que nous devions attendre la semaine prochaine pour avoir les réponses ? Je ne trouve pas ça sérieux », dit-il.

    A l'issue de cette audition, les socialistes appelleront éventuellement à la démission de Christophe Castaner. Ils sont bien les seuls à faire preuve de mansuétude.

    « Un ministre de l’Intérieur digne de ce nom aurait dû déposer sa démission au président de la République. Après, charge au président et au Premier ministre de l’accepter ou pas », estime Christian Jacob, patron des députés Les Républicains (LR).

    Du côté de l'extrême droite, on est encore plus sévère. Selon Sébastien Chenu, c'est tout le l'exécutif qui doit se remettre en cause. « Monsieur Castaner n’a jamais eu sa place comme ministre de l’Intérieur. Il nous a montré l’étendue abyssale de sa nullité. Donc qu’il parte, c’est une chose, mais changer de politique aurait à mon avis plus de sens », commente-t-il.

    Et le député du Rassemblement national (RN) va encore plus loin. Il demande des législatives anticipées. Un avis partagé par La France insoumise (LFI).

    (Re) lire : L'acte XVIII des «gilets jaunes» émaillé de violences et de pillages à Paris

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.