GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le Conseil constitutionnel valide les tests osseux sur les jeunes migrants

    media Des douaniers italiens contrôlent les papiers de trois migrants le 21 octobre 2018 à Claviere. AFP

    Les tests osseux pour déterminer l'âge d'un mineur migrant sont conformes à la Constitution : la décision a été rendue ce jeudi par le Conseil constitutionnel. Cette pratique était contestée, notamment pour son manque de précision. Mais la plus haute juridiction française a estimé qu'il y avait suffisament de garde-fous pour éviter qu'un mineur soit considéré comme une personne majeure.

    Une radio du poignet gauche pour déterminer un âge. Les tests osseux sont utilisés par la justice française pour savoir si un enfant migrant est majeur ou non. Dénoncés pour leur manque de fiabilité, ils vont cependant rester en vigueur. Le Conseil constitutionnel reconnait en effet leurs limites mais ne juge pas ces tests contraires à la Constitution.

    Maitre Isabelle Zribi avait plaidé pour leur interdiction. « La décision peut paraître paradoxale à la lecture puisqu'il [le Conseil] admet que les résultats de l'examen osseux peuvent comporter une "marge d'erreur significative", selon ses termes. Mais il considère quand même que la loi prévoit des garanties suffisantes pour neutraliser l'absence de fiabilité de ces tests », pointe-elle.

    Des garde-fous qui sur le terrain ne sont pourtant pas toujours respectés selon Isabelle Zribi qui voit tout de même un progrès dans la décision du Conseil constitutionnel. « On avait des garde-fous qui n'étaient pas appliqués et là le Conseil constitutionnel rappelle aux autorités administratives et judiciaires qu'elles doivent appliquer la loi d'une part, et d'autre part, il apporte des précisions sur cette application. Par exemple, sur le fait que la majorité ne puisse pas être déduite du refus est quele chose de complètement nouveau qui ne figure pas dans la loi. »

    Reste à voir si les pratiques sur le terrain vont évoluer. Le combat judicaire lui n'est en tout cas pas terminé puisque l'affaire pourrait être portée devant la Cour européenne des droits de l'homme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.