GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    « Gilets jaunes »: avant l'acte XIX, Christophe Castaner affiche sa fermeté

    media Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d'Etat, Laurent Nuñez, lors de la cérémonie d'installation du nouveau préfet de police de Paris, le 21 mars 2019. REUTERS/Christian Hartmann

    A deux jours de l'acte 19 des gilets jaunes, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner recevait jeudi 21 mars les principaux syndicats de police. Pendant près de deux heures ensemble, ils ont mis au point le dispositif de sécurité de ce samedi.

    Inconcevable pour l'exécutif de revoir les images d'un Paris saccagé. Alors premier changement dans le dispositif policier, pour plus de réactions, la chaîne de commandement sera raccourcie.

    « La réalité du terrain, c'est quand vous avez un escadron ou une CRS qui est pris à parti, qui est agressé, il faut donner de la confiance au chef du dispositif opérationnel pour agir », estime David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la Police nationale (SCPN).

    Les CRS iront plus au contact

    Les forces de l'ordre pourront donc prendre initiatives en situation. La semaine dernière, elles devaient attendre les ordres de leur hiérarchie. Autre changement dans le dispositif policier ce samedi : les CRS iront plus souvent au contact et cela n'est pas synonyme de plus de violence.

    « Ce n'est pas parce que la police ou la gendarmerie est plus mobile dans l'action, qu'elle va au contact, que ça crée plus de blessés. C'était l'exemple du 8 décembre. Il y avait eu un dispositif très dynamique. Mais rappelez, le 8 décembre, il y avait eu plus de 1000 interpellations et garde à vue et il y avait eu moins de blessés que le 1er décembre », assure le même David Le Bars. 70 blessés le 8 décembre à Paris contre 110 blessés le 1er décembre.

    Comme après l'un des samedis les plus violents du mouvement des « gilets jaunes », le ministre de l'Intérieur affiche la plus grande sévérité envers les casseurs. Les « gilets jaunes », eux, pourrontmanifester mais doivent s'attendre à être particulièrement encadrés par la police.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.