GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Ouverture du procès en appel d'Abdelkader Merah

    media La salle d'audience du procès Abdelkader Merah, à la cour de justice de Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

    Le procès d'Abdelkader Merah s'ouvre ce lundi 25 mars devant la Cour d'appel de Paris. Le frère aîné de Mohamed Merah, qui avait tué sept personnes à Toulouse et Montauban en mars 2012, avait été condamné en novembre 2017, en première instance, à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. Il avait en revanche été acquitté de l'accusation de complicité de ces crimes, au grand dam des parties civiles.

    C'est le ministère public qui a fait appel du verdict de première instance, estimant que la cour d'assises n'avait pas tiré toutes les conséquences juridiques des faits. Dans son arrêt, la cour indiquait que « s'il partageait bien les motivations du jihadiste, aucun élément ne montre qu'Abdelkader Merah avait connaissance des objectifs criminels poursuivis par son frère ». Cette relaxe partielle avait provoqué la colère des familles des victimes.

    Samuel Sandler, dont le fils et deux petits-fils ont été tués par Mohamed Merah devant Ozar Hatorah, leur école juive de Toulouse, le 19 mars 2012, se prépare donc difficilement à ce nouveau procès et à un face à face avec la famille Merah. « Dans l'angoisse, c'est évident. Vous avez raison de dire la "famille Merah" - ça m'a échappé, en général, je ne prononce pas ce nom-là - parce que c'est vraiment la famille. On a vu la mère, je l'ai vraiment très mal supporté. je ne souhaitais pas la rencontrer, j'avais demandé à ce qu'on me prévienne et personne ne m'a prévenu. Elle est complice, comme ses fils. »

    Les parties civiles seront très nombreuses à l'audience, ce qui pour l'instant est plutôt rare dans les procès terroristes jugés en France, pointe Antoine Mégie, enseignant chercheur à l'Université de Rouen : « C'est un procès qui est à la fois en marge parce qu'il y a toute cette dimension médiatique avec notamment des avocats qui prennent une place assez importante ; il y a aussi des victimes, et leur place est assez forte et c'est vrai que les procès qui ont lieu depuis 2015 en France concernent des personnes qu'on qualifie de "revenants" ou de "revenantes", donc il n'y a pas de victimes directes de ces départs ou de ces tentatives de départ. Donc, le procès qui va se passer en deuxième instance revêt une dimension particulière. Il faut bien comprendre qu'il va s'inscrire dans une réalité judiciaire qui va produire des procès qui vont être beaucoup plus importants, notamment dans le nombre de parties civiles - on pense à Charlie Hebdo, mais aussi au procès suite au 13 novembre 2015, et puis  à Nice. Donc, cela préfigure d'une expérience judiciaire que la France va connaître dans les cinq ou dix prochaines années. »

    Lors de ce procès de seconde instance, Fettah Malki sera également rejugé. En première instance, il avait été condamné à 14 ans de prison pour avoir vendu à Mohamed Merah l'arme ayant servi à tuer des militaires, des enfants et un enseignant juifs, alors qu'il connaissait sa radicalisation jihadiste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.