GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Procès Tapie: devant les juges, Pierre Mazeaud défend un arbitrage «impartial»

    media L'homme d'affaires Bernard Tapie lors de son arrivée au tribunal de Paris le 14 mars 2019. REUTERS/Benoit Tessie

    Pierre Mazeaud, l'ancien président du tribunal arbitral ayant octroyé 403 millions d'euros à Bernard Tapie en 2008 pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais, a défendu ce mardi 26 mars « l'impartialité » de cette sentence, au dixième jour du procès à Paris de l'homme d'affaires pour « escroquerie ».

    « Je maintiens que j'ai jugé en toute impartialité », a déclaré avec vigueur l'ex-président du Conseil constitutionnel âgé de 89 ans, premier témoin entendu par le tribunal correctionnel de Paris. La sentence du tribunal arbitral, composé de Pierre Mazeaud, de l'ancienne grande voix du barreau Jean-Denis Bredin et de l'ex-premier président de la cour d'appel de Versailles Pierre Estoup, a depuis été annulée au civil pour « fraude », mais seul Pierre Estoup a été renvoyé en correctionnelle pour « escroquerie » et « complicité de détournement de fonds publics ».

    Pour l'accusation, cet ancien haut magistrat, qui nourrissait des « liens anciens » avec Bernard Tapie et son avocat historique Maurice Lantourne, aurait « marginalisé » ses deux co-arbitres pour rendre une décision favorable à l'homme d'affaires.

    « Je n'ai en aucun cas accepté quelque simulacre »

    Absent depuis le 12 mars pour raisons médicales, Pierre Estoup, 92 ans, ne sera pas entendu par le tribunal sur les faits. Une expertise lue mardi par la présidente Christine Mée a conclu à l'incompatibilité de son état de santé avec « le déroulement serein d'une audience ».

    Unique membre du trio d'arbitres à s'exprimer, Pierre Mazeaud a évoqué des « discussions animées », mais récusé toute « manipulation » de la part de Pierre Estoup, bien qu'il ait été le principal rédacteur de la sentence. « J'ai présidé, j'ai affirmé mon autorité. Je n'ai en aucun cas accepté quelque simulacre, je n'ai pas été manipulé. Il y a peut-être de la prétention, mais Pierre Mazeaud ne l'a jamais été au cours de sa carrière ! », a-t-il insisté d'une voix forte et énergique, déroulant son CV d'ancien professeur, juge et député.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.