GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Grand débat national: Emmanuel Macron face aux enfants

    media Emmanuel Macron prend la pose avec des enfants au centre culturel de Beaupréau-en-Mauges, une commune de 23.000 habitants située entre Angers et Nantes. LOIC VENANCE / AFP

    Emmanuel Macron est allé jeudi à la rencontre des élus, puis des enfants, dans le cadre du grand débat à Angers où quelque 900 manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville pour protester contre la réforme de l'éducation et des suppressions d'emplois.

    Dans le Maine-et-Loire, le chef de l'État s'est d'abord entretenu avec la présidente de la région Christelle Morançais (LR) et le maire Christophe Béchu (ex-LR), avant de déjeuner avec une cinquantaine d'élus, dont les maires des communes des chefs-lieux de cantons et les représentants des associations de maires des Pays de la Loire.

    Il a ensuite rencontré en fin d'après-midi une cinquantaine d'enfants d'une dizaine d'années dans le centre culturel de Beaupréau-en-Mauges, une commune de 23 000 habitants située entre Angers et Nantes. « Ça doit durer un heure et demie, mais avec le président ça peut durer 6 heures », a averti en souriant le secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'Enfance Adrien Taquet. La rencontre a finalement duré « seulement » deux heures environ et s'est terminée sur un jeu de questions-réponses sur les « gilets jaunes ».

    Dans beaucoup d’endroits tu as des gens qui viennent mais moi j’appelle pas ça manifester parce qu’ils viennent pour se retrouver, pour casser, insulter, attaquer les forces de l’ordre. Donc c’est plutôt des gens qui viennent faire des émeutes, ce sont des casseurs (…) Un policier, un gendarme, il n’a pas choisi ce métier-là pour passer ses samedis à s’occuper de gens qui viennent juste détruire ou les insulter. Il faut que ces gens comprennent que leur cause n’en est pas une.

    Emmanuel Macron face aux enfants, sur le sujet des «gilets jaunes»

    Président de la République française

    28/03/2019 - par Julien Chavanne Écouter

    Premier thème abordé par les enfants, longuement, l'écologie, en commençant par la surabondance de plastique. Ils ont proposé de limiter la production, renoncer aux emballages ou ramasser les déchets. Interrogeant les enfants comme à l'école, le chef de l'Etat leur a fait un petit cours de politique. « Il faut expliquer, changer nos habitudes, habituer les gens à une forme de civisme, produire moins de plastique mais progressivement car il y a des tas de gens qui travaillent pour en produire, il faut les accompagner pour qu'ils aient un autre travail », a-t-il répondu, avant de passer au second sujet, le cyberharcèlement.

    Dans le centre d'Angers, où les forces de l'ordre étaient déployées en grand nombre, environ 900 personnes, selon la préfecture, se sont rassemblées sur la place du Grand Théâtre avant de défiler. Une partie d'entre elles brandissaient des drapeaux de la CGT, de FO ou de la FSU et des banderoles portant surtout sur la réforme de l'enseignement du ministre Jean-Michel Blanquer:

    Peu avant midi, des salariés d'Arjowiggins ont envahi la gare d'Angers, occupant les voies ferrées, a constaté un journaliste de l'AFP. La circulation des trains a été interrompue pendant une heure, a indiqué la SNCF, qui a coupé l'alimentation électrique par sécurité.

    Ce déplacement est l'un des derniers du président dans le cadre du grand débat qu'il avait lancé le 15 janvier pour tenter de trouver une issue à la crise des gilets jaunes. Il doit recevoir vendredi à déjeuner à l'Elysée les élus des Hauts-de-France, une réunion boycottée par des parlementaires LR et LFI, avant de se rendre en Bretagne le 3 avril puis en Corse le lendemain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.