GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Autisme: pourquoi l’accès à l’emploi reste-t-il difficile?

    media Une membre de l'association Vaincre l'autisme, à Paris en avril 2016 (illustration). Elliott VERDIER / AFP

    Le 2 avril marque la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Il y a un an, le gouvernement dévoilait le quatrième plan autisme, doté de 344 millions d'euros sur cinq ans, visant à rattraper le retard de la France dans ce domaine. Si la scolarisation des enfants autistes reste toujours très compliquée, une autre difficulté s'ajoute à l'entrée dans l'âge adulte  : l’accès à l’emploi. Les associations réclament des mesures concrètes pour mieux prendre en charge l’autisme et favoriser l’insertion professionnelle.

    Depuis 2005, les plans sur l’autisme se succèdent en France, mais les résultats se font attendre. En avril 2018, Emmanuel Macron annonçait qu’au moins 340 millions d’euros seraient consacrés sur cinq ans, dans le cadre du quatrième plan autisme, pour améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de l'autisme. « Une cause essentielle », selon ses mots.

    En France, environ 700 000 personnes, dont 100 000 enfants, sont atteintes de troubles du spectre de l'autisme (TSA) selon l’Institut Pasteur, ils se manifestent par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer, ainsi que par des anomalies comportementales. L'autisme est reconnu comme un handicap en France depuis 1996 et l'accompagnement vers l'emploi des personnes porteuses de ce handicap demeure quasi inexistant.

    98% sans emploi selon SOS autisme France

    Aucune statistique officielle n’existe sur l’emploi des personnes autistes. De manière générale, sur la question de l’emploi des personnes handicapées, la France est en retard : selon le ministère du Travail, le taux de chômage des travailleurs handicapés est deux fois supérieur à la moyenne nationale.

    Sur la base de leurs propres enquêtes et des témoignages recueillis, les associations assurent que l’immense majorité des personnes autistes sont sans emploi. « La situation de l’emploi est dérisoire, inexistante », déplore Olivia Cattan, présidente de SOS autisme France. Selon l’association, 98% des personnes autistes sont sans emploi.

    « La majorité des entreprises ne connaissent pas l’autisme donc ne savent pas comment rendre un environnement de travail accessible pour les personnes autistes » explique Josef Schovanec, écrivain et philosophe. Lui-même atteint d'une forme d'autisme, le syndrome d'Asperger, il avait remis au gouvernement, en mars 2017, un rapport sur le devenir professionnel des personnes autistes.

    Dans le monde de l’autisme, la question des adultes a été un petit peu voire beaucoup négligée.

    Josef Schovanec

    Écrivain et philosophe autiste, auteur du rapport officiel sur le devenir professionnel des personnes autistes

    29/03/2019 - par David Pauget Écouter

    Les rares progrès réalisés, selon lui, sont dans les métiers de l’informatique, la faute à la caricature de l’autiste surdoué dans ce domaine. « Dans l’informatique, avec un profil plus ou moins socialement accepté, vous trouverez probablement un emploi. Par contre, si vous avez un autre profil, surtout les personnes déscolarisées, là ce sera nettement plus compliqué. »

    Les difficultés de la scolarisation et ses conséquences

    Le difficile accès à la scolarisation est justement l’une des causes du problème pour l’emploi. Le système scolaire français, très normé, n’est guère adapté aux rythmes ou compétences spécifiques des enfants autistes. Selon SOS autisme France, moins de 20% d’entre eux sont scolarisés. Faute de structures suffisantes, certaines familles choisissent de scolariser leurs enfants en Belgique, dans des écoles spécialisées.

    « On est l’un des pays qui a le taux de scolarisation le plus bas pour les autistes et les personnes handicapées en général. Au niveau de l’emploi, ça crée une situation en domino qui est assez déplorable », déplore Hugo Horiot, écrivain, comédien et militant pour la dignité des personnes autistes, lui-même diagnostiqué autiste à l'âge de 3 ans.

    Beaucoup d’entreprises notamment dans le numérique veulent engager des employés «atypiques» mais ont très peur parce qu’elles ne les appréhendent pas forcément de la bonne manière.

    Hugo Horiot

    Comédien, auteur de «Autisme, j'accuse !»

    29/03/2019 - par David Pauget Écouter

    « Dès le début, ils sont mis dans des voies de garage, des allers simples. A partir du moment où vous êtes scolarisé et mis en structure spécialisée, votre avenir est sérieusement compromis, en particulier votre avenir citoyen et professionnel », souligne Hugo Horiot.

    Selon Josef Schovanec, les difficultés concernent surtout le collège et le lycée : « Les autistes disparaissent, on ne les voit plus. En termes de devenir professionnel, cela pose des obstacles majeurs. Le primaire pose des bases, mais ne détermine pas directement l'avenir professionnel. Il y a une nécessité urgente, en France, de rendre l’université ouverte aux personnes autistes. »

    Des mesures jugées insuffisantes

    Face à cette situation, les mesures du gouvernement sont jugées insuffisantes. « La situation française est inadmissible, ça c’est certain. L’absence de résultats tangibles et concrets au niveau de la mise en œuvre du quatrième plan autisme est choquante », juge Josef Schovanec. « Par rapport à l’ampleur des besoins, au nombre de profils qui existent au sein du spectre de l’autisme, on est très démunis. De plus, la question des adultes autistes a été un peu voire beaucoup négligée »

    « Ce n’est pas avec des mesurettes qu’on va rattraper 40 ans de retard. C’est un plan Marshall qu’il faut », approuve Olivia Cattan de SOS autisme France. « Il y a déjà deux mesures concrètes qu’on pourrait mettre en place rapidement : la formation des médecins, cela fait 10 ans qu’on le demande; et le remboursement par la Sécurité sociale des psychologues et psychomotriciens, par exemple. »

    Pour porter ces revendications d'une meilleure prise en charge dans la société et pour sensibiliser l'opinion publique, l'association Vaincre l'autisme a organisé samedi 30 mars la 16e édition de la « Marche de l'espérance ».

    Des initiatives pour favoriser l’insertion professionnelle

    Si la France reste en retard dans l’insertion professionnelle des personnes autistes, quelques initiatives existent.

    Asperteam, une entreprise sociale et solidaire, propose un accompagnement des personnes autistes en entreprise : sensibilisation, accompagnement au recrutement, coaching en entreprise, aide à la prise de poste. « Il faut vraiment faire un accompagnement de l’ensemble de l’écosystème en interaction avec les personnes autistes. Elles ont des compétences, mais il faut aménager le poste ou les horaires, ou adapter un peu l’environnement », explique Stéphanie Fouquet, fondatrice de l’entreprise ayant accompagné 60 personnes en deux ans.

    Autre exemple, les Cafés Joyeux, à Rennes et à Paris, qui emploient une trentaine de travailleurs handicapés en CDI, principalement des personnes autistes ou trisomiques. L’objectif : « redonner confiance et dignité à des personnes porteuses de handicaps mental ou cognitif, en leur offrant un travail en milieu ordinaire ». Un nouvel établissement doit ouvrir à Bordeaux d’ici la fin de l’année.

    Ces initiatives restent néanmoins rares en France. Pour aider les employeurs à accueillir les personnes autistes, l’association Autisme France met à leur disposition un guide. Fin novembre 2018, Ethik Connection, en partenariat avec la Fondation Malakoff Médéric Handicap, a lancé autisme-emploi.fr. Cette plateforme vise à favoriser et faciliter l’accès à l’emploi grâce à un « meilleur accompagnement des parties prenantes », aussi bien des personnes autistes que de leurs accompagnants et employeurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.